Machicoulis

Mâchicoulis

Mâchicoulis au-dessous la porte du Caen

Un mâchicoulis est une ouverture pratiquée dans le sol d'un rempart. Ce système défensif était répandu au Moyen Âge et servait à jeter divers matériaux pour défendre le pied des fortifications.

 

Étymologie 

Étymologiquement, le terme mâchicoulis signifierait : « ce qui permet d'écouler tout ce qui écrase ».

Le mot vient du vieux français : « machicoller » qui lui-même dérive du vieux provençal « machacol ».

Définition et historique[1]

Illustration des mâchicoulis d'après Viollet-le-Duc

Les mâchicoulis sont des ouvertures carrées ou de larges rainures pratiquées dans le sol du chemin de ronde d'une tour ou d'une courtine, et permettant d'en défendre le pied en laissant tomber des pierres, des pièces de bois ou des matières brûlantes. Les mâchicoulis existaient dans les hourds de bois que l'on élevait sur les remparts dans les premiers temps du Moyen Âge et jusqu'au XIIIe siècle. Mais les hourds étant souvent incendiés par les assiégeants, on les remplaça, vers la fin du XIIIe siècle, par des chemins de ronde de pierre bâtis en encorbellement au sommet des murs et tours, et percés de trous rapprochés par lesquels on laissait tomber sur l'assaillant des matériaux de toutes nature comme la pierre, de l'eau bouillante, de la poix chauffée, du sable brûlant, etc. Contrairement à une légende tenace, en général, on ne jetait pas de l'huile bouillante, car l'huile coûtait trop cher : on jetait plutôt de la résine de pin.

Le mâchicoulis représente une évolution importante de la défense puisqu'il permet de couvrir la base même des remparts.

Deux systèmes sont utilisés :

  • Mâchicoulis sur corbeaux, le plus courant qui, par l'intermédiaire des corbeaux, s'appuie sur le rempart massif.
  • Mâchicoulis sur arc, qui reporte les charges sur les points porteurs où il s'appuie sur les contreforts, les murs n'ayant qu'un rôle de clôture.

Le système a également été utilisé aux Pays-Bas, où il n'en subsiste que trois : le Muiderslot, au château de Wijk bij Duurstede et dans la Sassenpoort à Zwolle

Au Moyen Âge, la pollution était un problème préoccupant et les rues étaient submergées de déchets organique et humains. Une des solutions pour minimiser les rejets humains en pleine ville à été de créer des « chambres communes » ou « retraits » pour effectuer les besoins. « Certains cabinets sont suspendus en encorbellement sur les corbeaux des mâchicoulis des fortifications ou établis sur le mur, dans les angles à la jonction d'une tour ou d'une courtine. Les matières chutent dans le fossé en contrebas, ce qui a l'avantage d'écarter toute odeur mais pas forcément les risques... de chute ! »

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

banniere-1.png

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site