Mantelet

Le mantelet est une protection qui fait office de bouclier, mais plus grande et lourde que celui-ci. Il s'agit d'une planche de bois (le plus souvent assemblée) évidée comme une archère et rendue facilement mobile par deux roues.

Cet outil permettait aux archers de se rapprocher au maximum des fortifications protégées elles-mêmes par les tirs des archers défenseurs.
On appelle aussi mantelet (vinea,ae en latin) les "baraques roulantes" qui permettaient aux soldats d'approcher à couvert les murs d'une ville assiégée. (« Castris munitis vineas agere quaeque ad oppugnandum usui erant comparare coepit »)
Jules César lors qu'il envahit la gaule et doit faire face à des révoltes des gaulois, cite dans sa Guerre des Gaules, tome III ;
« Crassus en fit un grand massacre et, sans désemparer, essaya d’attaquer la citadelle des Sotiates. Devant leur vigoureuse résistance, il fit avancer mantelets et tours »
« des chevrons, ainsi que les béliers » (...) qui « étaient recouverts d'une tortue on mantelet ». Il utilise aussi des mantelets pour protéger des archets, sur le littoral ouest ou lors du Siège d'Uxellodunum par exemple.

Une forme en est citée à la fin du XVIe siècle (1573) à Genève par un politicien du nom de Michel Roset, forme dont on retrouve la trace, lors de la bataille de l'Escalade, quand le duché de Savoie tenta (en vain) d'envahir la cité de Calvin le 12 décembre 1602 ; il existe en effet une chanson en patois racontant cette fameuse nuit, le "Cé qu'è lainô", dont un couplet fait mention de l'usage d'un mantelet.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

banniere-1.png

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×