Aimeric de Belenoi

Aimeric de Belenoi [1] est un clerc et un troubadour du XIIIe siècle, né en 1216 au château de Lesparres près de Bordeaux Il voyagea beaucoup, en Savoie et en Castille. Il termina sa vie à la cour de Ferdinand III de Castille, dit « Le Saint » et mourut en 1242 en Catalogne.

Il est cité par Dante dans son ouvrage De vulgari eloquentia consacré à la poésie en langue vulgaire (non latine).

Biographie

Il a commencé sa carrière de jongleur [2] auprès de Gente de Rius, une noble dame de Gascogne, puis il séjourna souvent auprès des membres de la Maison de Savoie dans leurs châteaux à Chambéry, à Suze, au Bourget, mais aussi à Évian, à Chillon et à Moudon. Il fut particulièrement apprécié par Marguerite de Genevois (v.1180-25 avril 1236), épouse du comte Thomas Ier de Savoie (1178-1233), à laquelle il dédia un de ses poèmes.

Lithographie du château de Chillon avec les Dents du Midi

« Dona Na Margarid
E vezers, e gens aculhirs
Provon que res nos vos sofranh
De so que a pro domna tanh
...
Dame Marguerite, rien qu'à vous entendre
Et vous voir accueillir les gens
Il apparait qu'en vous rien ne manque
De ce qui caractérise la noblesse  »
    — Aimeric de Belenoi

Il fut aussi apprécié et protégé par Aymon de Savoie, seigneur du Chablais qui résidait au Château de Chillon sur les bords du Léman.

Œuvres 

  • Aissi quo'l pres que s'en cuja fugir
  • Aissi cum hom pros afortitz
  • Ara'm destrenh Amors
  • Meravilh me cum pot hom apelhar
  • No'm laissa ni'm vol retener
  • Nulhs hom no pot complir adrechamen
  • Per Crist s'ieu crezes Amor
  • Pos Dieus nos a restaurat
  • Puois lo gais temps de pascor
  • Selh que promet a son coral amic
  • S'a midons plazia
  • Ailas per que viu lonjamen ni dura
  • Domna, flor
  • Anc, puois qe giois ni canc
  • Tant es d'Amor honratz sos senhoratges
  • A'l prim pres de'ls breus jorns braus
  • Fins e leials e senes tot engan
  • Ja non creirai q'afanz ni cossirers
  • Nulhs hom en re no falh
  • Pus de Joy mou e de Plazer
  • Can mi perpens ni m'arbire
  • Consiros, cum partitz d'amor

Livres

  • Maria Dumitrescu : Poésies du troubadour Aimeric de Belenoi, 1935.

Notes et références 

  1. Source : un article de L'Essor savoyard du 3 janvier 2008 par Rémi Mongenet
  2. Un jongleur est un artiste itinérant qui va de cour en cour pour faire entendre aux seigneurs les chansons qu'il écrit et dont il compose la musique.
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

banniere-1.png

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×