Gaston III de Foix-Béarn

Statue de Gaston Fébus devant le château de Pau

Gaston III dit Fébus ou Phœbus, (né le 30 avril 1331 à Orthez - mort le 1er août 1391), comte de Foix, vicomte de Béarn, est un important seigneur féodal de la Gascogne et du Languedoc, de même qu'un écrivain de langue française. Il était le fils de Gaston II de Foix-Béarn, comte de Foix, vicomte de Béarn, et d'Eléonor de Comminges.

Biographie 

Gaston II étant mort à Séville, Gaston III succède très jeune (12 ans) à son père en 1343 sur des territoires morcelés : à l'ouest, les vicomtés de Béarn (situé de nos jours dans les Pyrénées-Atlantiques), de Marsan et de Gabardan (actuellement dans les Landes et le Gers) ; à l'est, le comté de Foix (actuellement l'Ariège), les Basses-terres albigeoises (une partie du Tarn actuel) et le Lautrec ; au milieu, le Nébouzan, autour de Saint-GaudensHaute-Garonne). Sa mère assure la régence jusqu'à ses 14 ans. (dans la

On lui attribue la construction du château de Nolibos (il est vicomte de Marsan) en 1344[1], afin de renforcer les défenses de Mont-de-Marsan.

Pour les possessions occidentales, Gaston III doit hommage au roi d'Angleterre, Édouard III, duc de Gascogne, et, pour les possessions orientales, au roi de France, Philippe VI de Valois. Cette disposition particulière conduisit les rois rivaux de France et d'Angleterre à ménager le comte de Foix pour éviter qu'il ne passe dans l'autre camp. Avec cette stratégie, Gaston Fébus parvient à rester assez neutre. Ses domaines furent donc relativement épargnés des désastres de la Guerre de Cent Ans.

Lorsque celle-ci éclate, Gaston III n'y participe pas et, le 26 septembre 1347, il reconnaît son allégeance au roi de France pour le comté de Foix, mais il déclare que le Béarn est neutre dans ce conflit et qu'il ne tient son pays que de Dieu et de son épée.

Le 4 août 1349 Gaston III épouse à Paris Agnès de Navarre, fille de Philippe III de Navarre et de Jeanne II de Navarre, proche parente du roi de France. Il répudie cette femme, le lendemain de son accouchement. Elle est chassée, sans d'autres affaires que ce qu'elle porte. On ignore encore la raison. Les conséquences seront lourdes pour Gaston Fébus, car elle retourne à la cour de son frère Charles II de Navarre[2].

Très fin diplomate, chef de guerre redoutable et stratège avisé, il saura profiter de la guerre pour s'enrichir. À Launac, le 3 décembre 1362, il écrase son voisin le comte d'Armagnac. Il le fait prisonnier et l'énorme rançon qu'il reçoit pour sa libération lui permet d'entretenir une fastueuse cour.

La vie de Gaston se passe dans des guerres continuelles ; il fait ses premières armes en 1345 contre les Anglais, part en 1356 en Prusse pour combattre les Païens dans les rangs des Chevaliers Teutoniques; contribue en 1358, pendant la Jacquerie, à la délivrance de la cour de Meaux et combat le comte d'Armagnac, qui manifeste des prétentions sur le Béarn (1372), ainsi que le duc de Berry, qui lui a enlevé le titre de lieutenant du Languedoc (1375).

Il s'illustre par sa valeur et sa magnificence, mais on lui reproche un caractère violent et on l'accuse d'avoir causé la mort de son propre fils : ce jeune prince, accusé d'avoir voulu empoisonner son père à l'instigation de Charles le Mauvais, est emprisonné. Au cours d'une visite qu'il rend à son fils, Fébus perd son sang-froid et lui porte un coup mortel à la gorge, faisant ainsi disparaître son seul héritier direct (1382).

Il demande un recensement des feux (« foecs ») du Béarn, que l’on appelle le « Dénombrement de 1385 ». Il impose alors un impôt par foyer, qui sera levé chaque année.

Il meurt au cours d’une chasse à l’ours, à L'Hôpital-d'Orion (prés de Sauveterre-de-Béarn), frappé d’apoplexie, à l’âge de 60 ans, le 1er août 1391. La branche cadette des Foix-Béarn recueillit la succession et assura la survie de son œuvre.

Bibliographie

Il est considéré comme un des plus grands chasseurs de son temps et écrit un livre qui fera référence : le « Livre de chasse », un des meilleurs traités médiévaux consacrés aux techniques de chasse, gibiers, et chiens de chasse (alans, dogues ...). L'ouvrage, dicté à un copiste de 1387 à 1389, est écrit en français alors que la langue maternelle du comte de Foix était le béarnais. Le livre restera le grand classique des ouvrages consacrés à la chasse pendant des siècles et Buffon l'utilisera encore à la fin du XVIIIe siècle.

Il compose un « Livre des oraisons », recueil de prières rédigées pour la plupart en français. On a longtemps pensé que ce serait après avoir tué son propre fils au cours d'une altercation. Claudine Pailhès remet en question cette supposition dans son livre Gaston Fébus, le prince et le diable. Elle pense plutôt que ce recueil serait le fruit d'une crise due à un « péché de chair », selon les mots de Gaston Fébus.

Il sera un grand amateur de musique et composera des œuvres musicales.

Anecdotes

Il fut surnommé Phœbus, soit à cause de sa beauté, soit parce que selon la tradition, semblable au dieu Phœbus, il avait une blonde chevelure, soit enfin parce qu'il avait pris un soleil pour emblème. Il orthographiait son surnom « Fébus », et non « Phœbus ». C'était une façon de se distinguer, chose qu'il aimait particulièrement comme en témoigne l'architecture de ses places fortes (Mauvezin, Montaner…) qu'il flanquait de tours carrées alors que la mode de l'époque incitait à construire des tours rondes. Une autre explication de ce surnom viendrait d'un mauvais jeu de mot sur la ville de Foix qui se trouve dans ses domaines.

Grand amateur d'art, on lui attribue la paternité du chant pyrénéen Se canta, considéré aujourd'hui comme l'hymne occitan[réf. nécessaire].

Sa renommée est redevable en partie au portrait qu'en a fait Jean Froissart dans ses Chroniques à l'occasion de son séjour à la cour d'Orthez entre 1388 et 1389.

Sa devise « Tocas-i se gausas » (Touches-y si tu oses) est encore la devise des villes de Foix et d'Orthez.

Le surnom de Phébus a été, après Gaston III, porté par quelques autres membres de la famille, dont François Phébus, roi de Navarre de 1479 à 1483.

Descendance 

  • Descendance légitime :
    • Gaston de Foix-Béarn, seul enfant issu du mariage de Gaston Fébus avec Agnès de Navarre. Il épousa Béatrice d'Armagnac, mais il n'eut pas de descendance à cause de sa mort précoce le 4 janvier 1382. Il avait été emprisonné en raison de sa participation à un complot contre son père. Ce serait son propre père qui l'aurait tué, suite à une dispute dans sa prison. Cependant il n'existe aucun témoignage direct de ce meurtre filial[3].
  • Descendance illégitime : Gaston Fébus eut plusieurs enfants avec sa maîtresse Catherine de Rabat.
    • Garcia de Béarn, vicomte d'Ossau, époux d'Anne de Lavedan.
    • Peranudet de Béarn, mort jeune.
    • Bernard de Béarn, mort vers 1381, premier seigneur de Medinaceli par son mariage avec Isabel de la Cerda Pérez de Guzmán, dame de Huelva, Gibraleón et de Puerto de Santa María, et d'où descendent les ducs de Medinaceli.
    • Jean de Béarn, aussi appelé Yvain de Lescar, est mort le 30 janvier 1392 sans descendance, des suites de ses blessures après l'incendie du Bal des ardents.

Notes et références

  1. Aucun texte ne permet cependant d'affirmer que c'est bien lui qui a fait édifier le château
  2. Claudine Pailhès pour son livre : Gaston Fébus, le prince et le diable et Patrice Gélinet, 2000 ans d'histoire sur France Inter, mercredi 12 septembre 2007.
  3. Claudine Pailhès pour son livre : Gaston Fébus, le prince et le diable et Patrice Gélinet, 2000 ans d'histoire sur France Inter, mercredi 12 septembre 2007.
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

banniere-1.png

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×