La natation et les jeux d'eau au Moyen âge

Les jeux d'eau

La natation était plutôt considérée comme une détente que comme un sport : après une dure journée de labeur les paysans se rendaient à la rivière pour se rafraîchir. Mais les romans de chevalerie nous apprennent que l'apprentissage de la natation faisait aussi partie de la formation du chevalier, en même temps qu'il apprenait le maniement des armes, l'équitation et le tir à l'arc.

Dans les calendriers, les joutes nautiques étaient un des motifs couramment représentés pour figurer les mois du printemps et de l'été sur les calendriers.

Comment se baignait-on ?

Il n'existait pas à proprement dit de «costume de bain». Dans la plupart des cas hommes et femmes se baignent nus, mais on observe parfois des hommes qui ont conservé leurs braies, dont certains modèles sont légèrement fendus sur les côtés. Les femmes s'abritaient des regards par un linge quand elles n'étaient pas masquées par l'eau. Les femmes mettaient souvent des petits bonnets de toile ou se faisaient un turban avec un linge. Il est intéressant de constater la présence de ces mêmes bonnets sur des hommes, lors de bains pris en chambre.

On se baignait le plus souvent en groupe. Les enluminures présentent de joyeuses troupes de jeunes gens qui nagent et s'ébattent ensemble.

Ces jeux ressemblent beaucoup à nos loisirs d'aujourd'hui. Toutefois au Moyen Âge, la mer faisait peur et l'on se baignait dans les eaux douces des rivières et des fleuves.

Savez-vous pourquoi Charlemagne décida de gouverner le Saint-Empire d’Occident depuis Aix-la-Chapelle plutôt que d’une quelconque autre ville fortifiée ? Tout simplement parce qu’il y possédait une piscine et il pouvait y faire trempette en compagnie de Roland et de ses autres preux. Au Moyen âge, des textes relatent qu’il fallait savoir nager pour être sacré chevalier. à la Renaissance, on retrouve encore la natation dans l’éducation de Gargantua décrite par Rabelais.

Sources :

Cf. Catherine Gouédo-Thomas, «Natations et joutes nautiques à travers l'iconographie des manuscrits à peintures (XIIIe-XVIe)» et de leurs conséquences à la fin du XIVe siècle», dans Jeux, sports et divertissements au Moyen âge et à l'âge classique, Chambéry, éditions du CTHS, 1993, pp. 157-165.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

banniere-1.png

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×