Les billes

Les Francs ne faisaient pas que la guerre, ils savaient aussi se montrer joueurs : la preuve, le mot bille vient du terme francique bikkil. Bien plus tôt, les Grecs anciens utilisaient déjà des osselets ou des olives, qu'ils nommaient tropa et qu'ils lancaient dans des trous. Les Romains, eux, se servaient de noix, ou de noisettes, c'était le jeu de l'orca. Quant aux Égyptiens, rappelle Charles Desbois dans son atelier de Mirabel et Blacons, ils se faisaient enterrer avec des billes : la plus ancienne aurait six mille ans.

Au Moyen-Âge aussi on jouait, à la gobille en terre ; plus tard, elle est devenue bille en perdant son préfixe.

Les billes ont suivi bien sûr le cours de l'histoire et des techniques, avec l'apparition de billes en porcelaine, en Bohème au XVIIe siècle, et en verre au XIXe siècle. Mais qu'elles soient taillées dans la pierre, puis soigneusement polies, qu'il s'agisse de délicates agates ou qu'elles possèdent les reflets mordorés de l'oeil-de-chat, elles sont passées entre les doigts des écoliers du monde entier.

Bref, entre les billes et les enfants, c'est une histoire qui dure, par delà les frontières : en Angleterre, on les appelle marbles car elles ont été réalisées un temps en marbre ; aux USA, selon la taille, on lance des kabolas, des steelies, jumbos, etc...

Et rien, ni les pogs un temps, ni les tagamoshi ou les jeux vidéo ne semblent pouvoir un jour les faire disparaître.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

banniere-1.png

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site