Le franc dans les systèmes de compte

À la suite de la complexification des systèmes monétaires et de la multiplication des espèces au XIIesiècle, des mutations qui les affectèrent à partir du XIVesiècle, de nouveaux systèmes de compte furent élaborés sous l'impulsion des comptables publics et privés et des professionnels de l'argent. Une espèce réelle, une bonne monnaie d'or ou d'argent à l'origine, servait à calculer en unités de compte traditionnelles, livres, sous, deniers, des sommes pouvant être représentées par toutes sortes d'espèces, d'or, d'argent ou de billon. La monnaie, réelle à l'origine, devenait une monnaie de compte qui évaluait toutes les monnaie réelles.
Au cours du temps, cette espèce pouvait être émise et réémise, muée, imitée à des conditions très diverses. Il fallait donc convenir d'une pièce de référence relevant d'une émission précise faite à tel poids, tel titre, tel cours. Par exemple, le gros fut l'une de ces monnaies de compte, mais il fut frappé un grand nombre de gros différents au XIVesiècle. Aussi s'acorda-t-on pendant plus d'un siècle pour définir le gros de compte à partir du gros tournois français de Philippe VI de l'émission du 6 septembre 1329.
Les systèmes fondés sur une seule pièce présentaient un inconvénient. Comme il n'y avait que rarement un rapport fixe entre or et argent, voire entre argent et billon, il était délicat d'évaluer une monnaie d'un autre métal. C'est pourquoi les systèmes de comptes s'organisèrent autour de plusieurs pièces, une d'or, une d'argent et parfois une de billon.
Le franc à cheval de Jean le Bon réunissait les critères propres à en faire une monnaie de compte, ce qu'il devint rapidement après sa création, d'autant que sa valeur correspondait à l'unité monétaire officielle, la livre tournois. Le mot identifiait ainsi de façon sûre une pièce et sa valeur en même temps. Les comptables, à commençer par les agents royaux, utilisèrent de façon indifférenciée franc et livre pour exprimer les sommes. En outre, la longue stabilité du franc par l'intermédiaire du franc à cheval et du franc à pied de Charles V enracina son utilisation comptable. Le franc de compte se divisait en 16 gros de compte. Il eut de surcroît la chance de correspondre au rapport or-argent des monnaies royales fixé par l'émission du gros tournois de 1361, ce qui permit au système franc-gros d'écarter le système florin-gros (1 florin de 12 gros, 20 deniers ou sous), qui, par les régions à l'est du Rhône, par le Dauphiné devenu français en 1349, par la Bresse, la Franche-Comté, par les marchands et banquiers, s'était répandu en France en Languedoc, en Lyonnais, en Forez, en Auvergne, en Bourgogne, mais qui, né avant les grandes mutations, s'écartait du rapport entre monnaie d'or et monnaie d'argent. Le système du franc en était une adaptation aux réalités monétaires du moment, de sorte qu'il fut utilisé dans les provinces de la zone florin-gros, provinces limitrophes du royaume à l'Est et au Sud-Est, de civilisation française, et qui imitèrent le franc à cheval ou le franc à pied. En fonction du florin d'origine, l'adaptation du franc donnait des systèmes différents. Dans le Nord-Est, en Lorraine, en Bourgogne, c'était le florin de Florence. Alors 5 francs de 10 gros valaient 6 florins de 10 gros. Le gros y était divisé en 20 deniers. En Lyonnais c'étaient 3 francs de 12 gros vieux de 20 deniers ou de 16 gros neufs de 15 deniers, pour 4 florins de 9 gros vieux ou 12 nouveaux. En Languedoc, le rapport fut de 4 francs de 15 gros, puis de 16 gros pour tenir compte du cours de 15 deniers du gros réel, pour 5 florins de 12 gros. Cela toucha encore le Forez, la Franche-Comté. En France, le remplacement du franc par l'écu (1385) eut son corollaire dans l'établissement d'un nouveau système de compte, écu-gros. Pourtant, l'équivalence franc-livre devint une parfaite synonymie qui permit au mot franc de survivre aux éclipses plus ou moins longue de la pièce de monnaie et de passer dans la langue française des registres de comptes à la littérature.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

banniere-1.png

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×