Les enfants au travail

Les enfants au travail ( source Bnf )


 

Les filles et les garçons ne se voient pas investis des mêmes rôles. Les premières ont vocation à rester dans l'espace de la ferme pour aider leur mère. Les seconds sont commis aux tâches masculines : travaux des champs et des vignes, tonte, arrachage des mauvaises herbes, ramassage du bois, vente au marché.
La besogne ne manque pas et les aînés sont particulièrement mis à contribution : "Tard couché et tôt levé, voilà la vie que j'ai toujours menée", se lamente un grand frère, dans un fabliau du XIIIe  siècle.

    Les menus travaux
 

Quelques textes agronomiques et des dizaines d'images peintes dans les manuscrits détaillent les charges qui incombent aux enfants dans le monde paysan. Aux plus petits sont confiées les tâches ingrates, mais sans danger ni fatigue excessive : celles du petit jardinage, de la chasse aux insectes (hannetons), aux batraciens des jardins et aux oiseaux, qui viennent picorer les semences fraîchement dispersées dans les billons. Postés dans des cahutes au milieu des champs, ils sont chargés d'actionner des clochettes accrochées à des fils, sillonnant le terrain dès que les oiseaux se posent. À l'aide d'une fronde, ils suivent le semeur et tuent les corbeaux qui viennent lui chiper le grain à peine semé. Ils sont également chargés de grimper aux arbres pour cueillir les petits fruits, amandes, cerises ou olives. Ils suivent leur père dans ses travaux saisonniers (tonte des moutons, vendange), à la fois pour l'aider et pour apprendre les gestes du métier, et vont avec lui au marché où ils s'initient aux techniques de la vente des produits.

 
    Les garçons aux champs
 

Dès l'âge de 8 à 10 ans, les garçons accompagnent leur père aux champs au moment des labours ; ils l'aident à guider le bœuf pour l'obliger à aller droit. Ce travail ne va pas sans fatigue ni sans dangers : la glaise est lourde et collante sous les pieds, les enfants glissent, le père ne peut arrêter le bœuf et le soc de la charrue laboure leurs jambes, les handicapant à jamais. La garde des troupeaux, qui débute au même âge, est tout aussi génératrice d'accidents. En plaine, il se trouve toujours un passant secourable, mais, isolés dans la montagne, les petits bergers blessés ne survivent pas à une chute dans un ravin.

    Les filles à la maison
  Les filles sont davantage à l'abri : leurs tâches domestiques et agricoles sont circonscrites autour de la maison, dans le poulailler, le jardin potager. Elles font la vaisselle, rangent la maison, nourrissent les volailles, ramassent les salades et les fruits, et s'occupent des bébés.
À partir de l'âge de raison, si l'on en croit l'exemple de Jeanne d'Arc – "Jeannette", comme l'appellent ses parents et ses proches –, la petite fille est initiée au filage puis, dans son cas, au métier de couseuse de toile de lin. D'autres fillettes se spécialisent dans des travaux textiles variés : broderie au point de croix pour les linges d'église, décoration de bourses ornées de perles, etc. Comme toutes les petites filles de son temps en milieu rural, Jeanne mène une vie active : elle fait le ménage, aide son père aux champs et nourrit les animaux, mais trouve néanmoins le temps nécessaire pour aller à la messe ou visiter les malades pendant que ses parents, qui n'éprouvent pas le besoin de la surveiller, la croient aux champs.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

banniere-1.png

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×