Les capétiens

En 987, le duc des Francs Hugues Capet est élu roi au détriment du prétendant légitime Charles de Basse-Lorraine, oncle du défunt roi Louis V, grâce au soutien actif d'Adalbéron, l'archevêque de Reims. Son règne est marqué par la faiblesse du pouvoir royal face aux grands seigneurs. Hugues n'intervient jamais au sud du royaume. Son autorité est limitée au domaine royal, et à ses vassaux sur lesquels il exerce un pouvoir direct.

Vitrail représentant Suger.

Pour s'imposer face aux grands féodaux, Hugues Capet et ses successeurs disposent de plusieurs atouts. Tout d'abord, ils ne sont les vassaux de personne. Un proverbe dit que le roi est empereur en son royaume. Tous les grands doivent lui prêter hommage pour leurs possessions, y compris le duc de Normandie devenu roi d'Angleterre après 1066. Les Capétiens usent du droit féodal en appelant les grands vassaux à l'ost, le service militaire dû au seigneur, comme Louis VI en 1124 pour lutter contre l'empereur germanique qui menace de détruire Reims. Ils reprennent les fiefs sans héritier, en achètent d'autres, confisquent ceux des seigneurs félons. Ils reçoivent devant leur cour la plainte des vassaux contre leur seigneur. Les Capétiens parviennent aussi à établir une dynastie héréditaire. Les premiers capétiens prennent soin de faire élire et couronner leur fils aîné de leur vivant. Leur dernier roi à avoir été élu et couronné du vivant de son père est Philippe II Auguste. Après lui la légitimité dynastique est définitivement installée. Il faut souligner que les Capétiens ont la chance, en ces temps de forte mortalité infantile, d'avoir un fils aîné qui leur succède de 987 à 1314. Enfin, en affirmant le caractère sacré de la monarchie, les Capétiens affermissent leur pouvoir. C'est à l'appui du clergé qu'Hugues Capet doit en grande partie son élection en 987. Les premiers capétiens trouvent en ceux-ci des conseillers efficaces et fidèles. Le meilleur exemple est Suger, abbé de Saint-Denis qui conseille successivement Louis VI et son fils Louis VII. Mais, c'est surtout avec le sacre à Reims que les Capétiens acquièrent un caractère sacré. L'onction avec l'huile de la sainte Ampoule, don du Saint-Esprit lors du baptême de Clovis selon la légende, fait du roi un roi de droit divin qui ne tient son pouvoir que de Dieu. Depuis Robert le Pieux, fils d'Hugues Capet, on attribue aux Capétiens de pouvoirs de guérison miraculeuse par simple toucher des écrouelles.

Les grands capétiens et l'unité territoriale

Philippe Auguste mène une lutte victorieuse pour abaisser la puissance des Plantagenêts et agrandir le domaine.

Louis VII, né en 1120 mort en 1180, contribue au prestige de la dynastie capétienne en participant à la seconde croisade. Il épouse la jeune héritière du duché d'Aquitaine, Aliénor. Mais il divorce en 1152 à cause de l'infidélité de cette dernière. Elle épouse aussitôt Henri Plantagenêt, comte d'Anjou qui devient bientôt roi d'Angleterre. À l'avènement de Philippe II Auguste en 1180, Henri II Plantagenêt domine un tiers du royaume de France.

Philippe Auguste

Philippe Auguste a comme objectif principal l'abaissement des Plantagenêt. Grâce à la mort de Richard Coeur de Lion le 6 avril 1199 lors du siége du château de château de Châlus, il fait la conquête entre 1202 et 1205 de la Normandie, du Maine, de l'Anjou, de la Touraine, du Nord du Poitou et de la Saintonge sur Jean sans Terre. En 1214, la victoire de Bouvines sur l'empereur du Saint-Empire et le comte de Flandre alliés au souverain anglais fait de Philippe Auguste le seigneur le plus puissant de tout le royaume et peut-être même d'Europe. Sur la route de Bouvines à Paris, la population salua vivement le roi vainqueur et Paris lui fit un accueil digne des triomphes de la Rome antique. C'est la première expression de « sentiment national » en France. Suite à ses triomphes et à ses gains de territoires, Philippe II hérite du surnom romain d'Auguste, c'est désormais Philippe Auguste. Son fils Louis VIII continue à agrandir le domaine royal en soumettant l'ensemble du Poitou de la Saintonge et une partie du Languedoc pris aux Cathares. Sous Louis IX, le Languedoc est définitivement annexé au royaume.

Sur le plan intérieur, Philippe Auguste collecte plus soigneusement les revenus du domaine royal. Il charge des fonctionnaires royaux, les baillis, d'administrer le domaine royal dans des circonscriptions appelées bailliages. Il vend des privilèges aux communes et aux métiers comme la guilde des marchands de l'eau à Paris. Ces ressources lui permettent de rétribuer des mercenaires et de construire des forteresses comme celle de Gisors. Il fait construire des nouveaux remparts autour de Paris, paver la ville et édifier la forteresse du palais du Louvre à l'extérieur de la ville où sont conservées les archives royales.

Louis IX 

Son petit-fils, Louis IX, signe enfin la paix avec les Plantagenêt. Il reste le modèle des grands administrateurs. Il multiplie les enquêtes pour connaître les requêtes de ses sujets et limiter les abus. La justice royale se développe au point qu'une institution spécialisée se détache de la curia regis, le parlement, une cour souveraine, spécialisée dans le domaine de la justice. Fait nouveau, le roi affirme le droit du roi de légiférer dans tout le royaume, y compris dans les grands fiefs quand l'intérêt commun l'exige. Il met en circulation une monnaie royale stable et fiable, le gros d'argent et décide que cette monnaie sera valable dans tout le royaume, même dans les principautés battant monnaie. Il reprend aussi la frappe de monnaie d'or. C'est le premier roi à pouvoir, il est vrai avec l'assentiment du pape, lever de temps à autre un impôt sur tous les roturiers, la taille. Louis IX a le souci de régner au-dessus de nobles. Il favorise tous les groupes qui peuvent faire contre-poids aux puissants qui le concurrencent. Il joue des évêques contre les féodaux, tout en laissant les élections épiscopales se dérouler librement. Il favorise les ordres mendiants contre les clunisiens et les cisterciens, les communes contre les seigneurs… Enfin, il place définitivement la monarchie au-dessus du bien commun. Ses légistes affirment que rien ne peut justifier la rébellion d'un vassal et qu'aucun évêque ne peut excommunier le roi.
Louis IX a été canonisé. Voilà pourquoi il est plus connu sous le nom de Saint Louis. Dans l'imagerie populaire, il garde l'image d'un roi sage et saint (en partie aussi car il racheta à l'empereur byzantin les reliques de la passion du Christ, ce qui fit de lui le roi le plus prestigieux de la chrétienté). Ses actions dans le domaine extérieur y contribuent. Il intervient à plusieurs reprises pour apaiser les querelles entre l'empereur germanique et le pape, le roi d'Angleterre et ses barons. Il se croise par deux fois. Il quitte le royaume pour six longues années, de 1248 à 1254, pour combattre les musulmans en Égypte où il est fait prisonnier puis entreprendre d'améliorer la défense des États latins d'Orient. La seconde fois, induit en erreur par son frère Charles d'Anjou, il fait le siège de Tunis où il meurt d'une épidémie dite de peste (et en réalité de dysenterie) en 1270.

Philippe IV le Bel 

Philippe IV le Bel est le dernier des grands capétiens directs. Il règne de 1285 jusqu'en 1314. Philippe le Bel n'a que peu accru le domaine royal. Il est connu pour le rôle qu'il a joué dans la centralisation administrative du royaume. Il organise définitivement les parlements. Il crée la Chambre des comptes pour gérer les finances royales. Mais les finances royales presque entièrement limitées aux revenus du domaine royal ne suffisent pas aux ambitions du souverain d'un grand royaume. Comme il échoue à instaurer un impôt régulier, le budget de l'État fonctionne au moyen d'expédients : confiscation des biens des juifs, des marchands italiens, diminution du poids en métal précieux par rapport à leur valeur nominale des pièces frappées par le roi. Cette dernière mesure provoque une inflation qui annule les effets escomptés par la manipulation monétaire. Les difficultés financières sont aussi à l'origine de la première réunion de représentants des trois ordres ou états du clergé, de la noblesse et du tiers-état, c’est-à-dire de la bourgeoisie dans le but d'accorder des subsides supplémentaires à la monarchie. Ce type de réunion sera appelé plus tard états généraux.

Le 5 juin 1286, Édouard Ier, roi d'Angleterre rend hommage à Philippe le Bel. La scène a lieu dans une salle du palais royal en présence de la cour. Tiré des Grandes Chroniques de France, enluminées par Jean Fouquet

Les conseillers royaux sont de plus en plus des laïcs choisis aussi bien dans la France du Nord, comme Étienne de Mornay, que dans celle du Midi comme Guillaume de Nogaret. La faiblesse de l'armée explique en partie pourquoi Philippe le Bel préfère acheter des alliances que l'affrontement militaire. Mais Philippe le Bel est surtout connu pour son affrontement avec la papauté. Le pape Boniface VIII et le roi demandent toujours plus d'argent au clergé français, ce qui crée un conflit d'intérêt inévitable. La querelle rebondit sur des questions de souveraineté des rois sur leurs États et de pouvoir suprême des papes sur les clergé nationaux et les princes. Le pape est fait prisonnier le 7 septembre 1303. Délivré par ses partisans, il meurt quelques semaines plus tard. Ses successeurs s'installent à Avignon pour échapper aux troubles romains, mettant pour trois quarts de siècle, la papauté sous influence directe de la France. Enfin en 1307, Philippe le Bel fait arrêter et condamner les Templiers pour des motifs encore peu clairs. Quand il meurt en 1314, la monarchie capétienne semble consolidée et forte.

La lignée des Capétiens directs se termine pourtant rapidement par le règne successif de trois fils de Philippe IV. L'ainé, Louis X le Hutin mort prématurément, a un fils posthume, Jean Ier qui ne vécut que quelques jours. Sa fille de quatre ans est écartée du trône et le régent, son frère, devient alors roi sous le nom de Philippe V le Long. Lui-même meurt en laissant une fille écartée de la succession, et la couronne passe au troisième frère, Charles IV le Bel. Lorsqu'il meurt en 1328, c'est la première fois depuis l'élection d'Hugues Capet que le défunt roi n'a pas d'héritier mâle. Il semble que ce qui a été déterminant dans la mise à l'écart des héritières, c'est que le sacre est considéré presque comme l'équivalent de l'ordination et qu'aucune femme ne peut être ordonnée prêtre[1]. Seuls deux prétendants mâles sont en lice, Édouard III, roi d'Angleterre et petit-fils de Philippe le Bel par sa mère Isabelle et Philippe de Valois, neveu de Philippe le Bel et petit fils de Philippe III le Hardi par son père Charles de Valois. L'assemblée des grands du royaume préfère Philippe car il est de France et plus mûr que son jeune rival anglais. La loi salique n'est pas du tout invoquée à ce moment. Le nouveau roi est sacré sous le nom de Philippe VI le 29 mai 1328. Cet évènement marque le début de la dynastie des Capétiens-Valois, branche collatérale des Capétiens directs.

La mise en place d'un État moderne 

À la mort de Philippe le Bel, les rois de France sont confrontés aux difficultés de l'adaptation des institutions à la gestion d'un État moderne. Les Capétiens et les Capétiens-Valois cherchent à organiser un État efficace, ce qui suppose l'augmentation des ressources fiscales et l'entretien d'une armée régulière. Les famines, la Grande Peste et la Guerre de Cent Ans sont autant d'obstacles qui retardent les conditions de formation de cet État. Les famines qui apparaissent à intervalles réguliers dès 1315 font baisser les revenus seigneuriaux et ralentissent le grand commerce. La Grande Peste de 1348 cause le décès d'un tiers de la population française.

La Guerre de Cent Ans

Du Guesclin et Charles V

La Guerre de Cent Ans peut être divisée en quatre phases :

  • De 1337 à 1364,sous les règnes de Philippe VI et de Jean II, les Anglais enchaînent les victoires sur la chevalerie française. En 1356, les états généraux convoqués à Paris après le désastre de Poitiers et la captivité de Jean II le Bon imposent au dauphin Charles , devenu régent, un strict contrôle de la monarchie sous la direction de l'évêque de Laon, Robert Le Coq et du prévôt des marchands, une sorte de maire de Paris, Étienne Marcel. Pendant deux ans, ils contrôlent la France du Nord. En février 1358, des émeutiers entrent même dans le palais de la Cité et massacrent les proches conseillers du dauphin sous ses yeux. Ce dernier parvient à s'enfuir de Paris au mois d'avril et parvient à retrouver son pouvoir après l'assassinat d'Étienne Marcel, abandonné par la bourgeoisie parisienne. À la suite du traité de Brétigny de 1360, un tiers de la France est contrôlée par les Anglais.
  • De 1364 à 1380, Charles V entame une patiente reconquête du territoire en prenant soin d'éviter les batailles rangées qui ont été désastreuses durant la première phase du conflit. En 1375, Édouard III ne contrôle plus sur le continent que Calais, Cherbourg, Brest, Bordeaux, Bayonne, et quelques forteresses dans le Massif central.
  • De 1380 à 1429, la minorité puis la folie de Charles VI ont pour conséquence une guerre civile. Le peuple parisien se révolte en 1382 contre les agents du fisc royal (révolte des Maillotins), puis en 1413 pour imposer un contrôle de l'administration royale (révolte cabochienne). La répression est très dure. Du coup après 1413, le peuple parisien ouvre ses portes au duc de Bourgogne, l'allié des Anglais. Henri V inflige une sévère défaite aux Français lors de la bataille d’Azincourt en 1415. Le traité de Troyes de 1420 déshérite le dauphin Charles que sa mère, Isabeau de Bavière, traite de bâtard[2]. À la mort prématurée d’Henri V en 1422, son fils Henri VI, âgé de quelques mois, prend le titre de roi de France et d’Angleterre. Le Dauphin garde le contrôle des provinces au Sud de la Loire. Les Anglais lui donnent le surnom de "roi de Bourges".
  • De 1429 à 1453, les Anglais sont progressivement chassés de France. Jeanne d'Arc et des capitaines énergiques comme Dunois empêchent les Anglais de prendre Orléans et d'envahir les régions contrôlées par le dauphin Charles. Au terme d'une chevauchée victorieuse où se manifeste le sentiment national et la fidélité envers l'héritier Capétien-Valois, Charles VII est sacré à Reims le 17 juillet 1429, acquérant ainsi une légitimité divine. La reconquête, entamée au temps de Jeanne d'Arc, est facilitée par la réconciliation entre le roi et le duc de Bourgogne concrétisée par le traité d'Arras de 1435. En 1453, les Anglais ne contrôlent plus que Calais.La victoire française sur les Anglais permet au domaine royal de s'agrandir, d'autant plus que le Dauphiné et Montpellier avaient déjà intégré le domaine royal au XIVe siècle. La paix n’est signée qu’en 1475traité de Picquigny , sous les règnes de Louis XI et d’Édouard IV. avec le

Un pouvoir royal plus efficace

Dans la première moitié de XIVe siècle, les Capétiens échouent à mettre en place des impôts permanents. Les vicissitudes de la guerre de cent ans fournissent l'occasion décisive de les instituer. La taille et le fouage (impôts directs), les aides et la gabelle (impôts indirects) sont progressivement institués entre 1356 et 1370 à l'aide de Jacques Cœur, grand argentier du roi. La levée de ces impôts entraîne la création de nouvelles institutions. Le parlement est définitivement organisé par l'ordonnance du 11 mars 1345 en trois chambres distinctes entraînant le développement de puissantes familles de parlementaires. Le Châtelet devient une prison et une cour de justice criminelle dirigée par un prévôt et dont les compétences s'étendent bien au-delà de Paris. Charles VII est le premier souverain à avoir les moyens d'entretenir une armée permanente.

La monarchie s'éloigne de plus en plus du caractère féodal pour affirmer le caractère sacré et supérieur du pouvoir royal, malgré les contestations des États généraux régulièrement convoquées pour faire face aux difficultés financières du royaume. Les rois développent les rituels monarchiques comme les entrées solennelles dans les villes, les baptêmes, et autres cérémonies publiques. Le but est de frapper les esprits et conférer à la monarchie un caractère extraordinaire.

L'idée d'un État dont le roi n'est pas le propriétaire est réaffirmée par les légistes français lors de la signature du Traité de Troyes en 1420. Charles VI déshérite le dauphin mais les théoriciens du pouvoir royal soutiennent que la succession dynastique ne peut pas faire l'objet d'un testament car elle n'obéit pas aux mêmes règles que les successions privées. C'est le principe de l'indisponibilité de la couronne.[3] Même dans les périodes les plus sombres, les Capétiens-Valois parviennent à faire valoir l'intérêt supérieur de l'État dont ils sont les dépositaires. Enfin, la longue lutte contre les Anglais a cristallisé la naissance du sentiment national autour de la personne du roi.


Louis XI continue la politique de son père. Il abat la puissance du duc de Bourgogne, Charles le Téméraire. Il annexe la Bourgogne et la Picardie et reçoit en héritage l'Anjou et la Provence. La population française augmente de nouveau. Le pays connaît une forte croissance économique encouragée par le sage Louis XI. Il rétablit l'autorité royale sur l'Église. Le mariage de son fils, Charles VIII, avec Anne de Bretagne, héritière de ce duché semble sceller l'accomplissement de l'unité territoriale. Mais Charles VIII entreprend la première expédition en Italie. Pour s'y consacrer, il concède le Roussillon et la Cerdagne au roi d'Aragon, la Franche-Comté, l'Artois et le Charolais à Maximilien de Habsbourg en 1493, réduisant ainsi considérablement le domaine royal. L'expédition de 1494 est une suite de victoires faciles jusqu'à Naples. Mais les exactions des Français entraînent la formation d'une coalition de villes italiennes contre eux. Ils sont finalement chassés en 1495, ramenant dans leurs bagages de merveilleuses œuvres d'art qui permettent à la France de connaître l'Antiquité et la Renaissance italienne.

Quand Charles VIII meurt sans héritier en 1498, la couronne passe à une autre branche capétienne les Valois-Orléans. À ce moment, la difficulté à maîtriser un vaste espace est la plus grande limitation au pouvoir royal.

Magnificence et troubles du XVIe siècle

Le domaine royal et les guerres

Anne de Bretagne s'était engagée à épouser le successeur de Charles VIII si celui-ci mourait sans enfant. Elle épouse donc le nouveau roi Louis XII, qui a réussi à obtenir l'annulation de son précédent mariage avec la sœur du défunt roi par le pape. Leur fille unique, Claude de France épousera l'héritier du trône François d'Angoulême, qui deviendra le premier roi de la dynastie des Valois-Angoulême sous le nom de François Ier, et qui intégrera définitivement le duché au royaume en maintenant les privilèges et les libertés de la province. Les états octroient les impôts. La Bretagne garde son parlement à Rennes. Quand Henri II devient roi en 1547, il abandonne le titre de duc de Bretagne, rendant l'union définitive. Au cours du XVIe siècle, tous les grands fiefs intègrent peu à peu le domaine royal: les duchés d'Auvergne et de Bourbon, le Forez et le Beaujolais sont récupérés par François Ier. C'est aussi au XVIe siècle, que se forge la théorie de l'inaliénabilité de domaine royal. Le roi ne peut plus donner en apanage des fiefs à ses fils cadets. Les nombreuses guerres dans lesquelles la France est engagée entre 1494 et 1559 ne permettent que l'occupation des trois évêchés, Toul, Metz et Verdun.

François Ier en 1515

Louis XII, roi à partir de 1498 fait en deux ans la conquête de presque toute l'Italie. Grâce aux fabuleuses richesses de la péninsule, il peut diminuer la taille. Comme la soldatesque combat hors de France, il est paré de l'image d'un roi bienveillant et attentif aux malheurs du peuple. Cependant entre 1508 et 1513, les Français sont de nouveau chassés d'Italie.

François Ier, roi en 1515, commence son règne par l'éclatante victoire de Marignan qui permet de reprendre une troisième fois le Milanais. Il s'oppose à Charles Quint. En 1519, il présente sa candidature à l'élection d'empereur du Saint-Empire romain germanique face au souverain Habsbourg. À partir de 1521, la France entame une guerre longue et difficile contre Charles Quint à la fois empereur d'Autriche et roi d'Espagne, lequel dispose par là même des inépuisables réserves d'or et d'argent des colonies espagnoles d'Amérique. Celle-ci commence par le désastre de Pavie en février 1525. François Ier, imprégné des valeurs chevaleresques refuse de reculer et est fait prisonnier. Il est contraint de signer le traité de Madrid en 1526, qui ampute la France d'un tiers de son territoire mais reprend la guerre aussitôt libéré. Le 3 août 1529, par le traité de Cambrai, appelé Paix des Dames, signé par Louise de Savoie et Marguerite d'Autriche, il renonce à la suzeraineté sur la Flandre et l'Artois, et des possessions habsbourgeoises. En échange Charles Quint renonce à revendiquer la Bourgogne. Bien que combattant la Réforme dans le royaume, François Ier s'allie aux princes protestants germaniques et même au sultan de l'Empire ottoman, Soliman le Magnifique pour desserrer l'étau habsbourgeois. En 1536, la guerre reprend. L'Italie et la France sont le théâtre des opérations. Henri II continue la lutte. Il reprend le Boulonnais et le Calaisis aux Anglais. En échange de son soutien aux princes germaniques réformés qui sont en guerre contre l'empereur Charles Quint, il obtient le droit d'occuper Calais, Metz, Toul et Verdun. En 1559, le traité du Cateau-Cambrésis signe enfin la paix entre la France et l'Espagne. La France perd définitivement l'Italie mais parvient à conserver son intégrité territoriale.

Des rois puissants

Les règnes de François Ier (1515-1547) et son fils Henri II (1547-1559) correspondent à une période où l'autorité royale n'est pas contestée. Les rois ne convoquent plus les États généraux et n'acceptent pas les remontrances des parlements. Ils prennent leurs décisions dans le conseil de roi, un comité réduit devenu le moteur de l'action gouvernementale. Le concordat de Bologne de 1516 permet au roi de nommer les évêques, archevêques et abbés, le pape leur donnant ensuite l'investiture ecclésiastique. Le roi est ainsi assuré de l'entière soumission du clergé. François Ier renforce l'unité du royaume et le contrôle sur ses sujets en publiant l'ordonnance de Villers-Cotterêts en 1539. Celle-ci réglemente la justice dans la tout le royaume et la laïcise ne laissant aux tribunaux ecclésiastiques que les cas strictement religieux. Elle stipule aussi que le français doit remplacer le latin dans les actes notariaux et judiciaires. Elle oblige les curés des paroisses de tenir un registre où sont consignés les baptêmes et les décès. L'ordonnance de Villers-Cotterêts montre le progrès de l'unification linguistique du royaume et les progrès de la langue d'oïl langue des actes officiels et des grands poètes comme Ronsard ou Du Bellay. Henri II met en place les quatre premiers secrétaires d'État, ancêtres des ministres.

Le Château de Fontainebleau

C'est aux Valois qu'on doit la création de la Cour, à la fois centre du pouvoir et de la vie mondaine. On y trouve les princes de sang, la haute noblesse, les membres du gouvernement et les artistes appelés par le roi. Le roi n'a pas de résidence fixe. Il se déplace avec meubles, tapisseries et vaisselle de château en château. D'Italie, les Valois ont ramené le goût du luxe et des belles demeures. Ils font construire ou transformer de vastes palais qu'ils marquent de leur symbole. C'est ainsi qu'on retrouve la salamandre de François Ier à Chambord et à Fontainebleau, le H d'Henri II enlacé par le C renversé de Catherine de Médicis, évoquant le D de Diane de Poitiers, la maîtresse officielle d'Henri II encore à Fontainebleau et au Louvre. La sculpture, la peinture et l'architecture françaises se transforment sous l'influence du modèle italien donnant naissance à la Renaissance françaiseFontainebleau. François Ier est le premier roi de France à avoir compris que le rayonnement artistique d'un pays est un élément de gloire et de puissance. dont la forme la plus abouti et l'école de

Le temps des troubles

Quand Henri II meurt accidentellement au cours d'un tournoi scellant la paix avec les Habsbourg en 1559, le pays est au bord de la guerre civile. En effet, dès 1520, des sujets ont adhéré aux idées de Martin Luther, idées immédiatement condamnées par la Faculté de théologie de la Sorbonne. Celles-ci progressent dans le royaume malgré la brève persécution des protestants en 1534 à la suite de l'Affaire des Placards. Des protestants avaient affiché sur la porte de la chambre royale des affiches insultantes pour le pape, la messe et les évêques. À partir de 1541, les thèses du français Jean Calvin, réfugié à Genève se répandent en France. À la fin de son règne François Ier commence à persécuter les protestants. Il ordonne le massacre des Vaudois de Provence qui s'étaient ralliés à la Réforme[4]. Henri II accentue les persécutions. Ceci n'empêche pas leur nombre d'augmenter y compris dans la noblesse et dans l'entourage du roi. La mort d'Henri II est suivie par trente-cinq années de guerres civiles appelées Guerres de religion car leur cause principale était la haine entre les Catholiques et les Protestants.

Le Massacre de la Saint-Barthélemy, d'après François Dubois

Catherine de Médicis, régente du jeune Charles IX, à partir de 1560, tente de mener une politique de tolérance avec l'appui de son chancelier Michel de L'Hospital. Elle autorise le culte protestant dans les faubourgs par l'édit de janvier 1562. Mais le massacre de protestants à Wassy, le 1er mars 1562 par le Duc de Guise et ses hommes déclenchent la guerre civile. En 1563, le duc de Guise est assassiné, à son tour par les Protestants. En tout 8 guerres de religion se succèdent, ponctuées de vaines tentatives pour concilier les deux partis, de massacres dont le plus célèbre est celui de la Saint-Barthélemy le 24 août 1572. À la mort de Charles IX en mai 1574, son frère Henri III, rentre précipitamment de Pologne, dont il avait été élu roi. Il trouve une situation politique et économique dégradée. Les Protestants forment un véritable "État huguenot" dans le royaume depuis le synode de La Rochelle de 1571. Henri III cherche à rétablir la paix et la prospérité. Sur le plan économique, il favorise l'introduction de ver à soie et du mûrier en France. sur le plan politique, il accorde aux protestants l'édit de Beaulieu en 1576. Ces derniers peuvent célébrer leur culte publiquement partout sauf à Paris. Ils peuvent occuper huit places fortes et bénéficient de chambres mi-partie dans les parlements. L'année suivante, le roi signe la paix avec Henri de Navarre dans le but de rassembler le royaume sous son autorité et de le relever des ruines engendrées par la guerre civile. En réaction à l'édit de Beaulieu de 1576, les catholiques les plus fanatiques créent la Ligue dirigée par l'organisateur du massacre de la Saint-Barthélemy, le duc Henri de Guise. En 1584, le plus jeune frère du roi, François de France opposé à sa politique meurt. Le successeur légitime, selon la loi salique, est Henri de Navarre, chef du parti protestant. La perspective d'avoir un roi calviniste ranime la guerre entre la Ligue et le roi, soutenu par son futur héritier. Le duc Henri de Guise qui revendique la couronne pour lui, avec le soutien de la Ligue et des États généraux réunis à Blois, est assassiné avec son frère en 1588. Paris, ville ligueuse se révolte alors contre le roi. Alors qu'il tente de reprendre la ville avec l'aide des troupes protestantes Henri III est assassiné le 1er août 1589 par un moine fanatique, Jacques Clément. C'est la fin de la maison de Valois qui, de 1328 à 1589, a contribué à la grandeur du royaume dans des époques difficiles. Il reste à Henri IV, premier roi de la dynastie Bourbon à conquérir son pouvoir légitime par les armes.

Commentaires (1)

1. sofia 09/01/2011

quels insignes du sacre de la royauté capetienne reconnaît-on

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

banniere-1.png

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site