La première république islamique

En 622, Mohammed (Mahomet en Occident) suivi de ses compagnons, les musulmans « celui qui remet son âme à Allah", se réfugient dans l’oasis de Yathrib qui deviendra Médine.
La hijra « l’émigration » marque l’an I de l’ère musulmane (ou hégire). Le Coran va rapidement devenir le texte sacré que les musulmans apprennent par cœur. Mohammed va également instituer une doctrine et la loi islamique.

La première république islamique

A Médine, le Prophète s’efface derrière l’homme politique. La communauté s’organise, et Mohammed donne à la cité ses lois sociales et juridiques.
C’est la naissance de la première république islamique.

Yathrib prend le nom de Madimat al-Nabi, la ville du Prophète ou Médine.

Ce chef religieux devient un chef de guerre. Il signe avec les autres groupes un pacte, appelé « Constitution de Médine », que certains considèrent comme un traité international exemplaire pour l’époque.

Afin de consolider son pouvoir et le jeune Etat musulman, Mohammed attaque à plusieurs reprises des tribus juives.

Mohammed, représenté par une flamme, et les premiers califes, ses succésseurs directs (Miniature persane, Bibliothèque nationale, Paris)

Parallèlement, entre 619 et 629, il contracte 11 mariages et prend deux concubines, la juive Raihana Bint Zaid, et Maria, une copte (chrétienne) d’Egypte.

Dans la plupart des cas, mis à part l’exception d’Aïcha, la « Bien-aimée », Mohammed conclut, grâce à ses épouses, des alliances politiques.

La nouvelle communauté combat pour sa foi et les minorités juives et chrétiennes sont converties ou éliminées de la région.

Les batailles contre les habitants de La Mecque se succèdent. Il gagne le combat de Badr (624) mais subit une cuisante défaite à Ohoud (625).
Il prend sa revanche à la « bataille du fossé » en 627, fossé qui a été creusé pour protéger Médine.

Le 11 janvier 630, Mohammed entre victorieux à La Mecque. Il fait aussitôt détruire les idoles et donne un sens nouveau aux anciens symboles.

La Kaaba devient la « maison de Dieu » et les rites du pèlerinage musulman remplacent ceux des païens.

Il créé la umma qui institue aide et protection entre les musulmans. Le jihad « combat contre soi-même pour devenir meilleur selon la volonté de Dieu » se transforme en guerre sainte contre les infidèles et abolit la razzia.

La nouvelle religion

L’influence du Prophète grandit dans la péninsule arabique dans les années 630-631. A cette date, Mohammed revient à La Mecque pour y effectuer le pèlerinage de « l’adieu ».

Grande Mosquée de la Mecque. Au centre, la Kaaba. La Kaaba est un sanctuaire cubique dans lesquel est scellée la Pierre noire. Les pèlerins doivent en faire sept fois le tour. La Pierre noire a été apportée par l'ange Gabriel. Initialement immaculée, elle est censée avoir été noircie par le péché humain .

De cette époque date la dernière révélation, la dernière sourate : »Aujourd’hui, j’ai parfait votre religion, j’ai accompli sur vous ma grâce et il me plaît que l’islam soit votre foi. »

De retour à Médine, il est pris de fièvre et meurt le 8 juin 632, dans les bras d’Aïcha, son épouse préférée.

Depuis sa mort, le pèlerinage se déroule du 7 au 13 du mois dhu al-hijra, le dernier de l’année hégirienne.

Avant la prière, les musulmans se livrent à des ablutions rituelles pour se purifier (XVe siècle, Bibliothèque nationale, Le Caire)

Chaque musulman a l’obligation d’effectuer, au moins une fois dans sa vie, le pélérinage. Il y répète pieusement les gestes du Prophète, drapé de deux pièces d’étoffe blanche sans couture, symbolisant la pureté et l’égalité des croyants devant Dieu.

Clé de la Kaaba. C'est l'un des nombreux objets porte-bonheur liés au pélerinage à la Mecque (XVe siècle, Musée du Louvre, Paris)

La loi islamique classe les activités humaines en cinq catégories :

  • Activités autorisées
  • Activités recommandées
  • Activités obligatoires
  • Activités detestables
  • Activités interdites

Par exemple, le mariage est un devoir. Le Coran tolère que l’homme ait quatre épouses. Il peut les répudier mais la femme conserve alors la dot (mahr).
L’adultère est interdit et le châtiment réservé aux deux coupables est de 100 coups de fouet.

Celui qui aura fait une fausse accusation sans produire les quatre témoins prévus par le Livre doit être puni de 80 coups de fouet. De nombreuses sociétés ont conservé l’ancienne coutume de la lapidation.

En cas de vol, le Coran ordonne de trancher la main du coupable.

Le port du voile, pour les femmes, est recommandé mais non obligatoire.

Le musulman est également soumis à des restrictions alimentaires. Il ne doit pas manger de porc, ni de viande d’un animal déjà mort ou qui n’aura pas été égorgé pour être vidé de son sang.

Le Coran ne prévoit pas de sanctions pour l’interdiction de boire du vin ou des boissons fermentées. En revanche, les interdictions de la sunna sont plus catégoriques, et les juristes-théologiens ont prévu 80 coups de fouet.

Les bijoux précieux sont défendus aux hommes, mais pas les parfums, dont le Prophète était grand amateur.

Toutes les actions nobles, manger, écrire …, sont réservées à la main droite, les autres à la gauche.

La figuration d’Allah et de Mohammed est totalement interdite. C’est pourquoi, l’islam apporte un soin particulier aux manuscrits. Le calligraphe concentre tout son art sur les lettres et les couleurs.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

banniere-1.png

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×