Le couteau

banniere-vaisselle-4.jpg

La vaisselle et ustensiles de cuisine au Moyen âge

fragment-de-vitrail-xve-s-coll-bmg.jpgC’était une coutume d’apporter un couteau privé au dîner sauf la haute noblesse ou les invités les plus importants. Lorsqu’il n’y avait pas assez de couteaux, on en partageait avec les voisins. À cette époque-là, il y avait trois sortes de couteaux : un couteau privé tranchant et aigu, un couteau à une lame large et lourde pour séparer de la viande des os et un couteau à une lame large et ronde qui s’appelait «présentoir».

Le couteau a été très longtemps un objet personnel que l'hôte n'était pas tenu de fournir. Les Anciens apportaient leur couteau à table.

Au Moyen âge, on portait le couteau à la ceinture, dans une gaine de cuir dont la forme était différente selon les saisons. Il y avait alors une grande variété de couteaux : pour trancher la viande, désosser la volaille ; pour casser les noix, le cervoir ; surtout des couteaux à pain, part-pain, taille-pain, souvent engainé avec le couteau à tranchoir.reproduction-d-un-couteau-medieval.jpg

Sur la lame des couteaux de monastère était gravées la musique et les paroles du Bénédicité et des Grâces. Il était de mauvais goût à cette époque d'offrir des couteaux. C'est ce que dit, en 1460, "l'Évangile des Quenouilles" ; "celui qui estrennes sa dame par amour, le Jour de l'An, de couteau, sachez que leur amour refroidira."

Les manches des couteaux changeaient de couleur selon la période liturgique : ils étaient noirs pendant le Carême bien sûr, blancs à Pâques, mi-blancs mi-noirs à la Pentecôte.

  • Canif : Instrument, le plus souvent de poche (composé d'un manche et d'une ou plusieurs petites lames) qui généralement se ferme. Il était anciennement appelé kenivet (première mention sous le nom de quenif en 1441, de l'ancien anglais cnif). Le couteau fermant existait déjà à l'époque romaine.
  • Coutelle et braquemart : Sont plutôt de courtes épées.
  • Couteaux à crocs et à plates du Moyen âge : Etaient des armes dont la fine lame se glissait entre les joints de l'armure pour tuer l'homme qui était à terre (certains étaient appelés « miséricorde »).
  • Coutelets furgeoirs (furgette, esguillette) : Au Moyen âge, c'étaient de petits couteaux servant de cure-dent.
  • Dague : Poignard à lame large, courte et pointue dont le milieu de la lame est toujours la continuation de l'axe de la poignée et qui meurt avec sa pointe (porté pendant le Moyen âge et jusqu'au XVIIIe s.).
  • Poignard : Le mot provient du latin pugnalis, lui-même dérivé de pugnus (le poing); arme à lame droite et très courte. Anciennement, c'était une dague de petite dimension (daguette), un stylet ou encore un couteau à lame fine et forte, destiné à frapper de la pointe.
  • Scramasaxe : Couteau de guerre (en usage chez les Francs) possédant un seul tranchant rectiligne plus ou moins courbe ou coudé.
  • Stylet : Poignard à lame très menue et ordinairement quadrangulaire ou triangulaire pouvant mesurer de 25 à 50 cm. de long (en usage surtout en Italie depuis la fin du XVe s.)

manche-de-couteau-en-os-xveme.jpg

 

Manche de couteau en os : Il s'agit d'un objet en usage dans la vie quotidienne à la fin du Moyen Âge, qui peut être daté du XVe siècle en raison du costume du personnage. Il représente une silhouette féminine vue de face, vêtue d'une longue robe à larges manches et portant une coiffe serrée sur sa nuque. Cette femme tient un livre sur sa poitrine.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 02/02/2012

banniere-1.png

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site