Salins (Jura)

La production de sel à Salins s’effectuait par évaporation artificielle (bois)

La Grande Saline de Salins (Classée au Patrimoine Mondial de l'UNESCO), comme toutes les salines de la région de Franche-Comté, utilisait les sources d'eaux salées comme matière première.

Des sources d'eau salée circulent dans le sol Salinois. Près de la surface du sol, on trouve alors du sel gemme. Ces sources se sont creusées et sont devenues des puits d'où est puisée l'eau salée. Au dessus, on a construit la saline.

Le commencement de l'exploration du sel débuta au XI siècle et se développera surtout au cours du XII et XIII siècle. (Pendant des siècles, dans
une structure d’environ 800 ouvriers, le précieux or blanc va être extrait, récolté, transporté),... Mais le feu utilisé pour l'évaporation de l'eau réduira considérablement les forêts frontalières. Pour satisfaire les fortes demandes des pays et régions frontalières, d'autres salines seront mises en place à Arc-et-Senans.

Au XIIIe siècle, on dénombrait au moins trois sauneries :

Celle de Bourg-dessus qui serait appelée la grande saunerie, acquise 1237 par le Comte Jean de Chalon. La saumure était alors distribuée dans trois à cinq ateliers. Cette grande saunerie effectua 695 bouillons produisant chacun 330kg de sel et utilisant un stère de bois à chaque fois. La propriété de la Grande-Saunerie, qui fut appelée aussi le Puits du Bourg-le-Sire, suivit le sort de celle du château de Bracon dont elle dépendait.

Celle de Bourg-dessus : saline dite du Puits-à-Moire, appelée aussi Puits du Bourg-le-Comte, Puits du Bourg-Dessous, après avoir vraisemblablement appartenu directement aux seigneurs du bourg où il se trouvait, elle passa en d'autres mains et devint la propriété d'une quantité de personnes tant d'église que laïques, tant nobles que roturières, désignées sous le nom de rentiers du Puits-à-Muire.

Celle de la chaudrette de rosière qui était une annexe de la grande saunerie.

Les salines de Salins se composent de galeries souterraines voûtées du 13ème siècle

En 1450, la grande saline comprenait 2 puits : celui d'Amont où se rejoignent 8 petites sources et celui de Grey rassemblant 2 sources. Ces sources ne sont pas toutes salées. La petite saline comprenait un seul puit qui réunissait 3 sources salées et 1 source d'eau douce.

La saunerie de Salins comptait au XVe siècle 250 personnes et récoltait 5000 tonnes de sel par an.

Dans les salines de Salins, le pompage de l'eau des sources salées s'effectuait au moyen de machines d'extraction en mouvement grâce à la force hydraulique et par des manèges à chevaux appelés "norias". Elles fonctionneront du XV au XVIII siècle.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

banniere-1.png

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×