Document: le jeu de Robin et de Marion

Le jeu de Robin et de Marion
Manuscrit 166 (rés. 14), Bibliothèque Méjanes


Le premier des 11 folios du manuscrit

Mariage de Robin et de Marote
Marote chante

Marote:
Robins m'aime, Robins m'a,
Robins m'a demandee, si m'ara.
Robins m'acata cotele
De burel et bonne et bele,

A leur i va.
Robins m'aime, Robins m'a,
Robins m'a demandee, si m'ara.

Li chevaliers:
Je me repairoie du tournoiement,
Si trouvai bergiere seulete au cors gent.

Marote:
Hé, Robin, se tu m'aimes,
Et par amours, maine m'ent.

Li chevaliers:
Bergiere, Diex vous doinst bon jour!

Marote:
Diex vous gart, sire!

Li chevaliers:
Par amour,
Douche puchele, or me contés
Pour coi ceste canchon cantés
Si volentiers et si souvent—
Hé, Robin, se tu m'aimes,
Par amours, maine m'ent?

Marote:
Biaus sire, il i a bien pour coi:
Car j'aim bien Robinet, et il moi;
Et bien m'a moustré qu'il m'a chiere.
Donné m'a ceste panetiere,
Ceste houlete et cest coutel.

Li chevaliers:
Or me di, veïs tu nul oisel
Voler par deseure ces cans?

Marote:
Sire, oïl je ne sai pas kans.
Encore en a en ces buissons
Et cardonnereul[e]s et pinçons
Qui mout cantent joliement.
Encore en ai je en mon sain
Et une grant pieche de pain
Qu'il m'aporta ore a prangiere.

Li chevaliers:

Or me dites, douche bregiere,
Vauriés vous venir avoec moi
Jeuer seur che bel palefroi
Selonc che bosket, en che val?

Marions au chevalier:
Aimi! Sire, ostés vo cheval!
Par .i. poi qu'il ne m'a blechie.
Li Robins ne regibe mie
Quant je vois apres se karue.

Li chevaliers:
Bregiere, devenés ma drue,
Et faites che que je vous proi.

Marions au chevalier:
Traiés vous sire ensus de moi:
Chi estre point ne vous affiert.
Comment vous apele on?

Li chevaliers:
Aubert.

Marions au chevalier:
Vous perdés vo paine, sire Aubert.
Je n'amerai autre que Robert.

Li chevaliers:
Nan, bregiere?

Marions au chevalier:
Nan, par ma foi!

Li chevaliers:
Cuideriés empirier de moi,
Qui si lonc jetés me proiere?
Chevaliers sui et vous bregiere.

Marions au chevalier:
Ja pour che ne vous amerai.
Bergeronnete sui mais j'ai
Ami cointe et bel et gai.

Li chevaliers:
Bregiere, Diex vous en doinst joie!
Puis qu'ensi est, g'irai me voie.
Hui mais ne vous sonnerai mot.

Li chevaliers:
Trairi deluriau deluriele,
Trairi deluriau delurot.

Li chevaliers:
Hui main quant chevauchoie lés l'oriere d'un bois;
Trouvai gentil bergiere, plus bele ne vit roys
Trairi deluriau deluriele,
Trairi deluriau luroy.

Marote:

Hé! Robechon, leur leure va,
Car vien a moi, leure leure va,
S'irons jeuer, leure doleur va,
Doleur va.

Robin:
Hé! Marion, doleur va,
Je vois a toi, doleur va,
S'irons jeuer, doleureure va,
Dolereure va.

Marote:
Robin!

Robins:
Marote!

Marote:
Dont viens tu?

Robins:
Par le saint [Dieu], j'ai desvestu,
Pour che qu'i fait froit, men jupel,
S'ai pris me houce de burel;
Et si t'aport des pommes. Tien!

Marote:
Robin, je te connuc trop bien
Au canter si con tu venoies.
Mes tu ne me reconnissoies?

Robins:
Si fis, au chant et as brebis.

Marote:
Robin, tu ne sés, dous amis
Et si ne le tiens mie a mal
Yci fu uns hom a cheval
Qui avoit cauchie une moufle,
Et portoit aussi c'un escoufle
Seur sen poing; et trop me pria
D'amer et poi i conquesta,
Car je ne ferai nul tort.

Robins à Marote:
Marote, tu m'aroies mort.
Mais se ge fusse a tans venus,
Ne moi ne Gautiers li Testus,
Ne Baudons, mes cousins germains,
Diable i eüssent mis les mains,
Ja n'en fust partis sans bataille.

Robins a Marote:
Marote, tu m'aroies mort.
Mais se ge fusse a tans venus,
Ne moi ne Gautiers li Testus,
Ne Baudons, mes cousins germains,
Diable i eüssent mis les mains,
Ja n'en fust partis sans bataille.

Marions a Robin:
Robin, dous amis, ne te caille;
Mais or faisons feste de nous.

Robins:
Serai je drois ou a genous?

Marote:
Mais vien cha seoir delés moi,
Si mengerons.

Robins:
Et jou l'otroi;
Je serai chi, lés ton costé.
Mais je ne t'ai riens aporté;
Si ai fait certes grant outrage.

Marote:
Ne t'en caut, Robin, encore ai je
En mon sain .i. pou de fromage
Et les poumes que m'aportas.

Robins:
Diex, com chis froumages est cras!
Ma seur, mengüe.

Marote:
Et tu aussi.
Se tu vieus boire, si le di:
Vés chi fontaine en .i. pochon.

Robins:
Diex, qui eüst ore du bacon
Ta tante, bien venist a point!

Marote:
Robinet, nous n'en arons point,
Car trop haut pent a ses chevrons.
Faisons de che que nous avons;
Ch'est assés pour le matinee.

Robins:
Diex, que l'ai le panche lassee
De le choule de l'autre fois!

Marote:
Di, Robin, foy que tu mi dois,
Choulas tu? Que Diex le te mire!

Robins:
Vous l'orrés bien dire,
Bele, vous l'orrés bien dire.

Marote:
Di, Robin, veus tu plus mengier?

Robins:
Nennil, voir.

Marote:
Dont metrai je arrier
Che pain, che froumage en mon sain
Jusques tant que nous arons fain.

Robins:
Ains le met en te panetiere!

Marote:
Et vé li chi. Robin, quel chiere!
Proie et commande et je ferai.

Robins:
Marote, et je t'esprouverai
Se tu m'ies loiaus amiete,
Car tu m'as trouvé amiet.
Bergeronnet, douche baisselete,
Donnés moi, vostre chapelet.

Marote:
Robin, veux tu que je le meche
Seur ton chief par amourete?
M'en iert il mieus se je l'i met,
M'en iert il mieus se je l'i met.

Robins:
Oïl, vous serés m'amiete;
Vous averés ma chainturete,
M'aumosniere et mon fremalet.
Bergeronnete, douche baisselete,
Donnés le moi, vostre chapelet.

Marote:
Volentiers, ci men amiet.
Robins, fai nous .i. poi de feste.

Robins:
Veus tu des bras ou de le teste?
Je te di que je sai tout faire.
Ne l'as tu pas oï retraire?

Marote:
Robin, par l'ame ten pere,
Sés tu bien baler du piet?

Robins:
Oïl, par l'ame me mere.
Resgarde comme il me siet:
Avant et arriere,
Bele, avant et arriere.

Robins:
Oïl, par l'ame me mere.
Resgarde comme il me siet:
Avant et arriere,
Bele, avant et arriere.

Marote:
Robin, par l'ame ten pere,
Car nous fai le tour dou chief.

Robins:
Marot, par l'ame me mere,
J'en venrai mout bien a chief.
I fait on tel chiere,
Bele, i fait on tel chiere?

Marote:
Robin, par l'ame ten pere,
Car me fai le tour du bras.

Robins:
Marot, par l'ame me mere,
Tout arasinc con tu vaurras.
Est chou la maniere,
Bele, est chou la maniere?

Marote:
Robin, par l'ame ton pere,
Sés tu fere le touret?

Robin:
Ouil, par l'ame ma mere,
Ra il en moi biau vallet
Devant et derriere,
Bele, devant et derriere.

Marote:
Robin, par l'ame ten pere,
Sés tu baler as seriaus?

Robins:
Oïl, par l'ame me mere,
Mais j'ai trop mains de chaviaus
Devant que derriere,
Bele, devant que derriere.

Marote:
Robin, sés tu mener le treske?

Robins:
Oïl, mais li voie est trop freske,
Et mi housel sont desquiré.

Marote:
Nous sommes trop bien atiré.
Ne t'en caut; or fai, par amour.

Robins:
Aten, je vois pour le tabour
Et pour le muse au gros bourdon.

Marote:
Va et amaine o toi Baudon,
Se tu le trueves, et Gautier.
Aussi m'aront il bien mestier
Se li chevaliers revenoit.

Marote:
Robin, revien a grant esploit;
Et se tu trueves Peronnele,
Me compaignesse, si l'apele.
Le compaignie en vaura miex.
Ele est derriere ces courtiex
Si c'on va au molin Rogier.
Or te haste!

Robins:
Lais me escourchier.
Saches je ne ferai fors courre.

Marote:
Or va!

Robins:
Gautiers, Baudon, estes vous la?
Ouvrés moi l'uis, biau dous cousin!

Gautiers:
Bien soies tu venus, Robin.
C'as tu qui ies si essouflés?

Robins:
Que j'ai? Las! Je sui si lassés
Que je ne puis m'alaine avoir.

Gautiers et Baudons:
Di s'on t'a batu.

Robins:
Nenil, voir.

Gautiers et Baudons:
Di tost s'on t'a fait nul despit.

Robins:
Por Dieu soufrez vous .i. petit.
Je sui chi venus pour vous deus,
Car je ne sai ques menestreus
A cheval pria d'amer ore
Marotain; si m'en douch encore
Que il ne reviegne par la.

Gautiers et Baudons:
S'il revient, il le comperra!

Baudons:
Che fera mon, par ceste teste!

Robins:
Vous averés ja trop bonne feste,
Biau seigneur, se vous i venés,
Car vous et Huars i serés,
Et Peronnele. Sont chou gent?
Et s'averés pain de fourment,
Bon froumage et clere fontaine.

Gautiers:
Hé, biau cousin, car nous i maine!

Robins:
Mais vous deus irés chele part,
Et je n'en irai pour Huart
Et Peronnele.

Baudons:
Va don, va!
Et je m'en irai par deça
Vers le voie devers la ville;
S'aporterai me fourke fiere.

Gautiers:
Et je men grant baston d'espine,
Qui est chiés Bourguet, me cousine.

Robins:
Hé! Peronnele! Peronnele!

Peronnele:
Robin, ies tu che? Quel nouvele?

Robins:
Tu ne sés? Marote te mande;
Car nous aurons feste trop grande!

Peronnele:
Qui i sera?

Robins:
Et jou et tu;
Et s'arons Gautier le Testu,
Huart et Baudon et Marote.

Peronnele:
Vestirai je me bele cote?

Robins:
Nennil, Perrote, nenil point,
Or te haste; je vois devant.

Peronnele:
Va; je te sievrai maintenant,
Se j'avoie mes aigniaus tous.

Li chevaliers:
Dites, bergiere, n'estes vous
Chele que je vi hui matin?

Marote:
Pour Dieu, sire, alés vo chemin;
Si ferés trop grant courtoisie.

Li chevaliers:
Certes, bele, tres douche amie,
Je ne le di mie pour mal.
Mais je vois querant chi aval
I. oisel a une sonnete.

Marote:
Alés selonc cele haiete;
Je croi que vous le trouverés.
Tout maintenant i est alés.

Li chevaliers:
Est, par amours?

Marote:
Oïl, sans faille.

Li chevaliers:
Certes, de l'oisel poi me caille,
S'une si bele amie avoie.

Marote:
Pour Dieu, alez en vostre voie,
Car je sui en trop grant frichon.

Li chevaliers:
Pour quoi?

Marote:
Certes, pour Robechon.

Li chevaliers:
Pour lui?

Marote:
Voire, s'il le savoit,
Jamais nul jour ne m'ameroit,
Ne je n'aim rien tant comme Robin.

Li chevaliers:
Vous n'avés garde de nului
Se vous volés a mi entendre.

Marote:
Sire, vous nous ferés sousprendre.
Alés vous ent! Laissié me ester,
Car je n'ai a vous que parler.Laissié me entendre a mes brebis.

Li chevaliers:
Voirement sui je bien caitis
Quant je mec le mien sens au tien!

Marote:
Si en alés; si ferés bien.
Aussi voi je chi venir gent.
J'oi Robin flagoler au flagieu d'argent,
Au flagieu d'argent.
Biau sire car vous en alés!

Li chevaliers:
Bergerete et a Dieu remanés;
Autre forche ne vous ferai.
Ha! Mauvais vilains, mar i fai!
Pour coi tues tu cel faucon?
Qui te donroit .i. horion
Il aroit moult bien esploitié?

Robins:
Ha, sire, vous feriés pechiét.
J'ai grant paor que il ne m'escape.

Li chevaliers:
Tien de loier ceste souspape,
Quant tu le manies si gent!

Robins:
Hareu! Diex! Hareu, bonne gent!

Li chevaliers:
Fais tu noise? Or tien che tatin!

Marote:
Sainte Marie! J'oi Robin!
Je croi que il soit la entrepris.
Anchois perdroie mes brebris
Que je ne l'alaisse aidier.
Lasse! Je voi le chevalier!
Je croi que pour moi l'a batu.
Robin, dous amis, que fais tu?

Robins:
Certes, douche amie, il m'a mort.

Marote:
Par Dieus, sire, vous avés tort
Qui ensi l'avés deskiré.

Li chevaliers:
Et comment a il atiré
Mon faucon? Esgrardés, bregiere!

Marote:
Il n'en set mie la maniere.
Pour Dieu, sire, or li pardonnés!

Li chevaliers:
Volontiers, s'aveuc moi venés.

Marote:
Je non ferai.

Li chevaliers:
Si ferés voir,
N'autre amie ne voeil avoir,
Et voeil que chis chevaus vous porte.

Marote:
Certes dont me ferés vous forche.
Robin, que ne me resqueus tu?

Robins:
Ha! Las! Or ai jou tout perdu!
A tart i venront mi cousin!
 Je perc Marot, s'ai un tatin,
Et desquiré cote et sercot!

Baudons:
Hé! Resveille toi Robin,
Car on en maine Marot, car on en maine Marot.

Robins:
Baudoul! Gautier, estes vous la?
J'ai tout perdu, Marote en va!

Gautiers:
Et que ne l'alons nous secorre?

Robins:
Taisiés! Il nous couroit ja seure
S'il en i avoit .iii. chens.
C'est uns chevaliers hors du sens,
Si a une si grant espee!
Il me donna si grant colee
Que je le sentirai grant tans.

Gautiers:
Se g'i fusse venus a tans,
Il i eüst eü merlee!

Robins:
Or esgardons leur destinee,
Par amours, si nous embuissons
Tout troi derriere ces buissons;
Car je voeil Marion resqueurre
Si le m'aiderez a sequeurre.
Li cuers m'est .i. peu revenus.

Marote:
Biau sire, traiés vous ensus
De moi; si ferés grant savoir.

Li chevaliers:
Demisele, non ferai voir;
Ains vous en menrai aveuc moi,
Et si arés je sai bien coi.
Or ne me soiiés plus si fiere!
Pren suer cest oisel de riviere
Que j'ai pris. Si en mengeras.

Marote:
J'ai plus chier mon froumage cras,
Et men pain a mes bonnes poumes
Que vostre oisel a tout les plumes;
Ne de rien ne me poés plaire.

Li chevaliers:
Qu'est che? Ne porrai je dont faire
Chose qui vous viengne a talent?

Marote:
Sire, sachiés certainement
Que nenil; riens ne vous i vaut.

Li chevaliers:
Bergiere, et Diex vous consaut!
Certes voirement sui je beste
Quant a ceste beste m'areste!
A Dieu, bergiere.

Marote:
A Dieu, biau sire.
Lasse! Or est Robins en grant ire,
Car bien me cuide avoir perdue.

Robins:
Hou, hou!

Marote:
Dieus, est il ce qui la hue!

Marot:
Robin?

Robin:
Marot?

Marote:
Dous amis, comment te vait?

Robins:
Marote, je sui de bon hait,
Et tous garis puis que te voi.

Marote:
Vien donques cha, acole moi.

Robins:
Volentiers, suer, puis qu'il t'est bel.

Marote:
Esgarde de cest sosterel
Qui me baise devant le gent!

Gautiers:
Marot, nous sommes tuit parent;
Onques ne vous doutés de nous.

Gautiers:
Marot, nous sommes tuit parent;
Onques ne vous doutés de nous.

Marote:
Je ne le di mie pour vous,
Mais il par est si soteriaus
Qu'il en feroit devant tous chiaus
De no vile autretant comme ore.

Robins:
Ba qui s'en tenroit?

Marote:
Et encore!
Esgardez comme est reveleus!
Robin, tu ies moult corageus.
Mais li cose est bien alee,
De legier doit estre ouvliee,
Ne nus ni doit apres entendre.

Robin:
Si nous couvient Huart atendre
Et Peronnele qui venront.
Oez les chi!

Marot:
Voirement sont.

Robin:
Di, Huart, as tu te chievrete?

Huars:
Oïl.

Marote:
Bien veingnez vous, Perrete!

Perrote:
Marote, Dieus te beneïe!

Marote:
Tu as esté trop souhaidie.
Or est il bien tans de canter:
En si bonne compaignie
Doit on bien joie mener.

Baudons:
Somme nous ore tout venu?

Huars:
Ouil voir. Or pourpensons un jeu.
Veus tu as Roys ou as Roïnes?
Mais des jeus c'on fait as estrines,
Entour le veille du Noël.
A saint Coisne?

Robins:
Je ne voeil el.

Marote:
C'est vilains jeus; on i cunkie.

Peronnele:
Marote, si ne riés mie.

Marote:
Et qui le nous devisera?

Baudons:
Jou, trop bien. Quiconques rira
Quant il ira au saint offrir,
Ou lieu saint Coisne seu.
Et qui en puist avoir, s'en ait.

Gautiers:
Qui le sera?

Baudoil:
Jou.

Gautier:
C'est bien fait.

Huart:
Gautiers, offrés premierement.
Tenés, saint Coisne, che present,
Et se vous en avés petit,
Tenés.

Perrete:
Hé, il le doit! Il rit!

Marote:
Certes c'est drois.

Huars:
Qui le doit? Gautiers li Testus.

Marote:
Tenés, saint Coisnes, biaus dous sire.

Robins:
Diex, com ele se tient de rire!
Qui va apres? Perrote, alés!

Peronnele:
Biau sire, sains Coisnes, tenés;
Je vous aporte che present.

Robins:
Tu te passes et bel et gent.
Or sus, Huart, et vous, Baudon.
Tu ris, ribaus, dont tu le dois!

Baudons:
Non fach! Huart apres! Je vois.

Huars:
Ves chi deus mars. Vous le devés.

Huars:
Or tout coi, point ne vous levés,
Car encore n'ai je point ris.

Robins:
Qu'est ce, Huart? Est chou estris?
Mau soiiés vous ore venus!
Tu veus tous jors estre batus.
Or le paie tout sans deignier.

Huars:
Je le voil volentiers paier.

Robins:
Tenés, sains Coismes, est ce plais?

Marote:
Ho! Singneur, chis jeus est trop lais;
En est, Perrete?

Peronnele:
Il ne vaut nient.
Et sachiés que bien apartient
Que faisons autres festeletes.
Nous sommes chi .ii. baisseletes
Et vous estes entre vous .iiii.

Gautiers:
Faisons .i. pet pour nous esbatre;
Je n'i voi si bon.

Robins:
Fi, Gautier!
Savés si bel esbanoiier
Et devant Marote m'amie
Avés dit si grant vilenie?
Maudehais ait par le musel
A cui il plaist n'a qui est bel!
Or ne vous aviegne jamais!

Gautiers:
Je le lairai pour avoir pais.

Marote:
Or faisons .i. jeu.

Robin:
Quel vieus tu?

Marote:
Je voeil, o Gautier le Testu,
Jouer as Rois et as Roïnes.

Gautiers:
Et je ferai demandes fines
Se vous me volés faire roy.

Robin:
Nenil, sire, foi que vous doi;
Ains ira au nombre des mains.

Huart:
Certes, tu dis bien, biaus compains,
Et chieus qui chiet en .x. soit rois.

Baudons:
C'est bien, de nous li otrois.
Or cha! Metons nos mains ensanle.

Robin:
Sont eles bien? Que vous en sanle?
Li quiex commenchera?

Huars:
Gautiers.

Gautier:
Je commencherai volentiers.
Empreu.

Huars:
Et deus.

Baudoul:
Et trois.

Robin:
Et quatre.
Conte apres, Marot, sans debatre.

Marote:
Trop volentiers: et v. et .vi.
Et .vii. et .viii. et .ix. et .x.

Baudons:
Enhenc, biau seigneur, je sui rois!

Marote:
Par le mere Dieu, chou est drois,
Et nous tous, ce croi, le volons.
Levons le haut et couronnons!
Ho, bon est!

Robins:
Hé, Perrete, en quar me donne,
Par amours, en lieu de couronne
Au roi ton capel de festus.

Peronnele:
Tenés, roi.

Baudoul:
Gautiers li Testus,
Venés a court tantost, venés!

Gautiers:
Volentiers, sire. Commandés
Tel cose que je puisse faire,
Et qui ne soit a moi contraire.
Je le ferai se j'onques puis.
Le roi parle:
Gautier, premierement te ruis
Que tu dies ci devant nous:
S'onc fus de t'amie jalous.
Et puis s'apelerai Robin.

Gautiers:
Oïl, sire, pour .i. mastin
Que j'oïs hurter l'autre fie
A l'uis de le cambre m'amie;
Si en soupechonnai .i. home.

Gautiers:
Oïl, sire, pour .i. mastin
Que j'oïs hurter l'autre fie
A l'uis de le cambre m'amie;
Si en soupechonnai .i. home.

Le roi parle:
Or sus, Robin!

Robins:
Rois,
Commande moi che qu'il te plaist.

Li rois:
Robin, quant une beste naist,
A coi sés tu qu'ele est femele?

Robins:
Ceste demande est bonne et bele!

Li rois:
Dont i respon!

Robins:
Non ferai voir!
Mais se vous le volés savoir,
Sire rois, au cul li wardés.
Ja plus de moi n'en porterés.
Me cuidiés chi faire honte?

Marote:
Il a droit, voir.

Li rois:
A vous que monte?

Marote:
Si fait car li demande est laide.

Li rois:
Marot, et je voeil qu'il souhaide
Son voloir.

Robins:
Je n'os, sire.

Li rois:
Non?
Va, dont s'acole Marion,
Bien douchement si que il li plaise.

Marote:
Esgar dou sot, s'il ne me baise!

Robins:
Certes, non fac.

Marote:
Vous i mentés.
Encore i pert il; esgardés!
Je cuit qu'il m'ait morse el visage.

Robins:
Je cuidai tenir .i. froumage,
Si te senti je tenre et mole.
Vien avant, seur, et si m'acole
Par pais faisant.

Marote:
Va a dyable sos!
Tu poises autant comme .i. blos!

Robins:
Or, de par Dieu! Vous vous courchiés?
Venés cha, si vous rapaisiés.

Marote:
Biau sire, je ne dirai plus.
N'en soiés honteus ne confus.

Le roi parle:
Venés a court, Huart, venés.

Huars:
Je voiss puis que vous le volés.

Li rois:
Or di, Huart, si t'aït Diex,
Quel viande tu aimes miex.
Je sai bien se voir m'en diras.

Huars:

Bon fons de porc pesant et cras
A le fort aillie de nois.
Certes, j'en mengai l'autre fois
Tant que j'en oi la menison.

Le roi parle:
O Diex, con faite venison!
Huars n'en diroit autre cose.
Perrete, vien a court!

Perrete:
Je n'ose.

Le roi parle:
Si feras, si Perrete. Or di,
Par cele fois que tu dois mi,
Le plus grant joie c'ainc eüsses
D'amours, en quel que lieu que fusses.
Or di, et je t'escouterai.

Perrete:
Sire, volentiers le dirai.
Sire ce que mes amis vint
A moi aus chans et si me tint
Longuement bonne compaignie
Lés mes brebis, sans vilenie,
Pluseurs jors menu et souvent.

Le roi parle:
Sans plus?

Perrete:
Voire, voir!

Le roy:
Ele ment.

Robins:
Par le cors Dieu, je le croi bien.

Le roi parle:
Marote, or sus, vien a court, vien.

Marote:
Faites moi dont demande bele.

Le roi parle:
Volentiers. Di moi, Marotele,
Combien tu aimes Robinet,
Men cousin, che joli varlet.
Honnie soit qui m'en mentira!

Marote:
Par foi, je n'en mentirai ja.
Je l'aim, sire, d'amour si vraie
Que je n'aim tant brebis que j'aie,
Nis cheli qui a aignelé.

Le roi:
Par le saint Dieu, c'est bien amé!
Je voeil qu'il soit de tous seü.

Gautiers:
Marote, il t'est trop meskeü!
Li leus emporte une brebis!

Marote:
Robin, ceur i tost, biaus amis,
Anchois que li leus le mengüe!

Robins:
Gautier, prestés moi vo machue;
Si verrés ja bacheler preu.
Hareu! Le leu, le leu, le leu!
Sui je li plus hardis qui vive?
Tien, Marote.

Marote:
Lasse, caitive!
Commme ele revient dolereuse!

Robins:
Mais esgar comme ele est croteuse!

Marote:
Et comment tiens tu chele beste?
Ele a son cul devers le teste.

Robins:
Ne puet caloir; che fu de haste
Quant je le pris. Marote, or taste
Par ou li leus l'avoit aierse.
Mais esgar comme ele est chi perse.

Gautiers:
Gautier, com vous estes vilains!

Robins:
Marote, tenés le en vos mains,
Mais wardés bien qu'el ne vous morde.

Marote:
Non ferai, car ele est trop orde;
Mais laissié le aler pasturer.

Huars:
Sés tu de quoi je voeil parler,
Robin? Se tu aimes autant
Marion, com tu fais sanlant,
Sachez je le te loëroie
A prendre, si Gautiers l'otroie.

Gautiers:
Il m'est bel et je l'otroie.
Je le veill bien pren le donc.

Robin:
Ce est tout mien?

Gautiers:
Oïl, nus ne t'en fera tort.

Marote:
Hé, Robin! Que tu m'estrains fort!
Ne sés tu faire belement?
C'est grans merveille qu'il ne prent
De ches deus gens Perrete envie.

Perrete:
Cui? Moi? Je n'en ai nul en vie
Que jamais eüst de moi cure.

Huars:
Si aroit, voire, par aventure.

Perrete:
A cui?

Huart:
A moi ou a Gautier.

Gautiers:
Voire, sire, pour vo musete?
Tu n'as el monde plus vaillant.

Huars:
Si ai au mains ronchi traiant,
Bon harnas charrete et carue,
Et si sui sires de no rue.
S'ai houche et sercot, tout d'un drap,
Et s'a me mere .i. bon hanap
Et une rente c'on li doit
Qui m'escherra s'elle moroit,
De grain seur .i. molin a vent,
Et une vake qui nous rent
Le jour assés lait et froumage.
N'a il en moi bon mariage?
Dites, Perrete?

Perrete:
Oïl, Gautier,
Mais je n'oseroie acointier
Nului pour mon frere Guiot;
Bien en porroit tost venir bataille.

Gautiers:
Si tu ne le veus, ne m'en caille.
Entendons a ces autres noches.
Di moi, c'as tu chi en ches botes?

Peronnele:
Il i a pain, sel et cresson.

Gautiers:
Et tu, as tu rien, Marion?

Marote:
Naie, voir, demande Robin
Fors du froumage d'ui matin,
Et du pain qui nous demoura.
Vés en chi se vous en volés.
Qui eüst deus gambons salés?

 

Marote:
Ou sont il?

Gautiers:
Vés les chi tous pres.

Huars:
Et jou ai deus froumages fres.

Marot:
Di, de quoi sont il?

Huart:
De brebis.

Baudon:
Segneur, et j'ai des pois rotis.

Marote:
Quides tu pour tant estre quites?

Robins:
Naie, encor ai je des poumes quites.
Marion, en veus tu avoir?

Marote:
Nient plus?

Robins:
Si ai.

Marote:
Or di dont voir.

Robins:
Encore ai je .i. tel pasté,
Qui est de coulon tubé,
Que nous mengerons, Marote,
Bec a bec et moi et vous;
Chi me ratendés, Marote,
Chi venrai parler a vous.
Marote, veus tu plus or di?

Marote:
Oïl, certes.

Robins:
Et jou te di
Qu'encore ai je un tel capon
Qui est cras seur le crepon,
Que nous mengerons, Marote,
Bec a bec et moi et vous;
Chi me ratendés, Marote,
Chi venrai parler a vous.

Marote:
Robin, revien dont tost a nous.

Robin:
Ma douche amie, volentiers.
Et si mengiés endementiers
Que g'irai; si ferés que sage.

Marote:
Robin, nous feriemmes outrage.
Saches que je te voeil atendre.

Robins:
Non feras, mais fai chi estendre
Ten jupel en lieu de touaille,
Et si metés sus vo vitaille,
car je revenrai tout errant.

Marote:
Met ten jupel, Perrete, avant;
Aussi est il plus blans du mien.

Peronnele:
C
ertes, Marot, je le voeil bien,
Puis que vo volentés i est.
Tenés et vés le chi tout prest.
Estendé ou vous le volés.

Marote:
Or cha, biau segnieur, aportés,
S'il vous plaist, vo viande cha.

Peronnele:
Esgar, Marote, je voi la,
Che me samble, Robin venant.

Marote:
C'est mon, et si vient tout balant.
Que t'en sanle? Est il grans caitis?

Peronnele:
Certes, Marot, il est faitis,
Et de faire a ton gré se paine.
Esgar les corneurs qu'il amaine!

Marot:
Ou sont il?

Perrete:
Vois tu ches varlés
Qui la tienent ches .ii. cornés?

Marote:
Par le saint Dieu, je les voi bien.

Robins:
Marote, je sui venus—tien!
Or di, m'aimes tu de bon cuer?

Marote:
Oïl, voir.

Robins:
Tres grant merchis, suer,
De che que tu pas ne t'escuses.

Marote:
Hé, que sont che las?

Robins:
Che sont muses
Que j'ai pris en chele vilete.
Suer, esgar quel bele cosete!

Marote:
Robin, par amours, sié te cha,
Et chil compaignon seront la.

Robins:
Volentiers, douce amie chiere.

Marote:
Tien che morsel, biaus amis dous.
Hé! Gautier, a quoi pensés vous?

Gautiers:
Certes, je pensoie a Robin,
Car se nous ne fuissons cousin,
Je t'eüsse amee sans faille,
Car tu es de trop bonne taille.
Baudon, esgar quel cors chi a!

Robins:
Gautier, ostés vos mains de la!
En est che mie vo amie.

Gautiers:
En est tu ja en jalousie?

Robins:
Oïl, voir!

Marote:
Robin, ne te doute.

Robins:
Encore voi je qu'il te boute!

Marote:
Gautier, par amours, soiés cois;
Je n'ai cure de vo gabois.
Mais entendons a nostre feste.

Gautiers:
Je sai trop bien canter de geste.
Me volés vous oïr canter?

Robin:
Oïl.

Gautiers:
Fai moi dont escouter.
Audigier, dist Raimberge, bouse vous di

Robins:
Ho! Gautier, je n'en voeil plus—fi!
Dites, serés vous tous jours teus?
Vous chantez com ors menestreus.

[Gautiers:]
[En mal eure] gabe cis sos
[Qui me va blamant mes bi]aus mos.
N'est che mie bele canchons?

Robins:
Nennil, voir.

Marot:
Par amours, faisons
Le tresque et Robins le menra,
S'il veut, et Huars musera,
Et chil doi autre corneront.
Or ostons ains ches coses dont.
Par amour, Robin, or le maine.

Robins:
Hé, Dieus! Com tu me fais de paine!

Marote:
Or fai, dous amis, je t'acole.

Robins:
Et tu verras passer d'escole
Pour chou que tu m'as acolé.
Mais nous arons anchois balé,
Entre nous deus, car bien balons.

Marote:
Soit, puis qu'il te plaist; or alons,
Et si tien le main au costé.
Dieu, Robin,, que c'est bien balé!

Robins:
Marotele,
Certes! Tous li cuers me sautele,
Que je te voi si bien baler.
Or voeil jou le treske mener.

Marote:
Voire, pour Dieu, mes amis dous.

Robins:
Or sus, biau segneur, levés vous!
Si vous tenés, g'irai devant.
Marote, preste moi ton gant,
S'irai de plus grant volenté.

Marot:
Dieu, Robin, que ch'est bien passé!
De trestous dois avoir le los.
Par amors mainne nous au bos.

Robins:
Venés apres moi, venés le sentele,
Le sentele, le sentele, lés le bos.

 

Explicit de Robin et de Marion

Jean-Marc Warszawski
18 avril 2005

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

banniere-1.png

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site