Augustin et l'Ordre des augustins

Augustin est né le 13 novembre 354 à Thagaste (Souk-Ahras, Algérie) en Numidie, une province de l'Afrique du Nord. En 386, à 32 ans, le converti rompt avec ses ambitions intellectuelles et politiques. Après son baptême à Milan, il se retire de la vie publique pour s'installer dans le domaine paternel à Thagaste où, avec ses amis, il trace une première ébauche d'un projet monastique, non de la vie solitaire de l'anachorète à l'exemple d'Antoine, mais de la vie en communauté.

Après trois ans Augustin doit abandonner son rêve de vie contemplative étant requis comme prêtre d'abord (391), puis comme évêque (395/396) par l'assemblée des fidèles d'Hippone (Annaba, Algérie). Pourtant il restera fidèle à son idéal monastique, non seulement en menant une vie d'évêque et de moine en même temps, mais aussi en proclamant toujours la nécessité d'unir action et contemplation. Ce n'est pas sans raison que la vie religieuse augustinienne sera appelé la voie mixte (via mixta).

Le 28 août 430 Augustin meurt à Hippone, sa ville épiscopale assiégée par les Vandales. Les évêques et religieux africains s'exilent sur le Continent européen où le monachisme augustinien se répandra. En cela la Règle de vie monastique d'Augustin jouera un rôle important. Ce texte concis, situant le noyau de la vie religieuse dans l'amour de Dieu et du prochain, dans l'unité des cœurs grâce à la communauté des biens, laissait une marge suffisamment large aux usages et constitutions propres.

Quoi qu'on parle de l'Ordre de Saint-Augustin (Ordo Sancti Augustini, OSA), le véritable fondateur n'en est pas Augustin lui-même, mais le pape Alexandre IV. Néanmoins un lien spirituel vital relie Augustin à l'Ordre qui porte son nom, même si la continuité historique reste impossible à démontrer. Après la conquête de l'Afrique du Nord par l'Islam au 7e siècle, le développement du monachisme augustinien continuera en Europe. Les mouvements érémitiques du 12e et du 13e siècle - réaction contre le déclin de l'idéal religieux dans les abbayes closes sur elles-mêmes - seront infléchis par les Papes du 13e siècle vers les villes en plein essor. Ainsi les ermites-augustins seront chargés de missions pastorales dans les villes. A cette fin le Pape Alexandre IV réunira les Ermites toscans, les Jeanbonites (Zanbonini), les Brictiniens (Brictini), les Wilhelmites et les Ermites de Saint-Augustin en un seul Ordre par sa bulle Licet Ecclesiae Catholicae du 9 avril 1256. Cette unification sera appelée la Grande Union (magna unio).

L'Ordre unifié recevra les privilèges des Ordres mendiants et se répandra rapidement dans tous les pays d'Europe. A la fin du moyen âge il comptera environ 2.000 couvents et 30.000 membres. Les principales activités du nouvel Ordre mendiant seront surtout l'étude et la prédication. Action et contemplation seront réunies, la perfection personnelle sera poursuivie par la prière et la pratique des vœux religieux, la sanctification du prochain sera l'objectif d'un apostolat intense et varié. Aujourd'hui encore la stabilité de lieu (stabilitas loci) qui caractérise les abbayes, est étrangère aux Ordres mendiants; c'est la mobilité par contre qui est une de leurs principales caractéristiques. Dans le monde entier il y a actuellement 26 Provinces et 29 circonscriptions plus limitées comme les vicariats et les régions.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

banniere-1.png

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×