Histoire des rues de Paris durant la période médiévale

 banniere-rues-de-paris.jpg

Dans cette rubrique, je vous propose de faire l'inventaire et découvrir l'histoire, l'origine et les anectodes des rues de Paris existantes ou disparues de l'époque médiévale.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Quatre-Fils (Rue des)q.jpg

Cette ancienne voie du quartier du Temple traversait de la rue du Grand-Chantier dans la vieille rue du Temple. Dans les anciens actes, elle est nommée rue de l'Echelle-du-Temple, dont elle fait la continuation. Elle se prolongeait même alors jusqu'à la rue de Thorigni. On la trouve aussi désignée, en 1358, et dans quelques titres du milieu du quinzième siècle, sous le nom de rue des Deux-Portes. Mais peu de temps après, une enseigne des quatre Fils-Aimon lui en fit donner le nom, qu'elle a toujours conservé depuis. Aujourd'hui on dit simplement rue des Quatre-Fils.

Quequitonne (Rue)

Cette ancienne rue présente en 1400, elle est également présente en l'an 1450 dans le premier quartier de Paris, a porté le nom de rue Denis le Coffrier en 1372. Elle deviendrat une partie de l'actuelle rue Tiquetonne. 

Quincampoix (Rue) 

Rue se trouvant entre les troisième et quatrième arrondissements. Des actes de 1210 lui donnent cette dénomination. Le vieux Guillot de Provins, qui écrivait en 1300, l'appelle Quinquenpoit. Selon Sauval et Leboeuf, ce nom lui vient d'un seigneur de Quinquenpoit, qui en avait fait construire la première maison.  

« C'est, dit Lemontey, un défilé obscur de quatre cent cinquante pas de long sur cinq de large, bordé par quatre-vingt-dix maisons d'une structure commune et dont le soleil n'éclaire jamais que les étages les plus élevés. »  

Au XIIIe siècle, cette très ancienne rue était peuplée de merciers et d'orfèvres, fréquentée par les dames et même servant de promenade à la mode. Les merciers, à cette époque, vendaient tous les objets de luxe et de parure pour les femmes. C'était une corporation très importante, très nombreuse, et plus riche toute seule, dit Sauval, que les autres cinq corps de marchands. Il serait très difficile d'énumérer tout ce qui faisait alors partie de la boutique d'un mercier, chapeaux, étoffes de soie, hermines, tissus de lin, broderies, joyaux, aumônières, parfums; etc. 

Les plus riches merciers de la rue Quincampoix étaient les d'Espernon, dont un est taxé dans la taille de 1313 à 90 livres.  

  • Au 31 se trouvait l'ancienne église Saint-Josse entre 1235 et la Révolution.
  • Au 38-40 se trouvait la corporation des merciers-joailliers entre le XIVème siècle et 1776.  

Bibliographie et sources concernant l’historique médiéval des rues de Paris  

  • Dictionnaire Historique de la ville de Paris et de ses environs. Par M. Hurtaut et Magny
  • Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris. Par J. De la Tynna
  • Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris. Par Jean Lebeuf
  • Paris sous Philippe-le-Bel d’après des documents originaux. Publié par H. Géraud
  • Paris ancen et moderne, d’après ses monuments. Par Jean Lacroix de Marlès
  • Histoire de Paris : Le quartier des halles. Par Camille Piton
  • Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris. Par Henri Sauval
  • Tableau historique et pittoresque de Paris, depuis les Gaulois jusqu’à nos jours. Par J.-B. de Saint-Victor
  • Histoire de Paris rue par rue, maison par maison, Charles Lefeuve, 1875
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 02/07/2012

banniere-1.png

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×