Le suaire de Turin daterait du moyen âge

 

 

ernière mise à jour : 6 octobre 2009 à 14:34

  • Le Saint-Suaire

    Le Suaire de Turin porte comme un négatif photographique l'impression du visage d'un homme crucifié, des empreintes de clous aux mains et aux pieds, et une partie des chrétiens considèrent que l'image s'est imprimée dans la toile de lin au moment de la résurrection du Christ.

    Le Saint-Suaire apparaît dans l'histoire vers 1360 aux mains d'un chevalier français, raison pour laquelle des chercheurs ont mis depuis longtemps en doute son authenticité.

    L'Eglise n'a pas pris position sur sa valeur scientifique, mais le garde précieusement dans la cathédrale de Turin.

  • EN LIEN

Le Suaire de Turin en image positive et en image négative. Le Suaire de Turin en image positive et en image négative.   [Reuters]

Le Suaire de Turin daterait du Moyen-Age

Le Suaire de Turin, considéré par de nombreux chrétiens comme le linceul du Christ, serait une supercherie médiévale. Un groupe de chercheurs italiens qui est parvenu à le reproduire conclut que le l'image sur le linge de lin est une fabrication humaine.

Les scientifiques sont parvenus à réaliser un suaire similaire au suaire de Turin avec les techniques disponibles au XIVe siècle, précise le comité italien pour la vérification des faits présentés comme paranormaux. Ils estiment donc que le prétendu Saint-Suaire est une supercherie.

En 1988 déjà, des chercheurs avaient pratiqué une analyse au carbone 14, et étaient parvenus à dater l'origine de l'étoffe, entre le XIIIe et le XIVe siècle. Pour autant, les chercheurs sceptiques n'étaient pas parvenus alors à expliquer comment la couleur brune sur la toile avait été produite, avec cet effet photographique, plusieurs siècles avant l'invention du procédé.

Visage décalqué avec de l'ocre

Cette fois, Luigi Garlaschelli, professeur de chimie à l'université de Pavie, va plus loin. Il affirme dans le quotidien "La Repubblica" que les caractéristiques inexplicables du suaire, considérées jusqu'ici comme "non reproductibles par des moyens humains", ont très bien pu être "obtenues par l'emploi de matériaux bon marché et par un procédé assez simple".

Son équipe a vieilli artificiellement un tissu teinté et tissé à la manière de l'original, en le passant au four et en le lavant à l'eau. Placé sur le visage d'un étudiant, ses traits ont été décalqué en appliquant de la couleur ocre. Le processus total n'a pris qu'une semaine.

ap/bri   Source RSR.ch


Commentaires (1)

1. anoxie 11/01/2010

1/La datation C14 a été invalidée :
-R. Roger Thermochimica Acta 2005
-Confirmation LANL (Los Alamos National Laboratory) 2008

2/Il affirme dans le quotidien "La Repubblica"
Le problème est bien là, pas de publication scientifique, pas de rigueur, pas de qualifications... il "affirme" mais ne démontre rien. Et naturellement puisque sa recette est connue depuis au moins 30 ans, totalement fausse. C'est de la supercherie colportée par 20 min, science et vie et des journalistes.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

banniere-1.png

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×