L'amour courtois (la fol'amor ou fin'amor)


L’amour courtois (aussi appelé la fol'amor ou fin'amor) est la façon réglementée de séduire une femme à la cour, dont on retrouve trace au Moyen Âge dans la poésie (poésie courtoise) et la littérature (roman courtois), ces genres venant remplacer la chanson de geste et le récit épique.

Les origines

La tradition de l'amour courtois a été florissante en territoire Occitan et France à partir du XIIème siècle grâce au pouvoir politique d'Aliénor d'Aquitaine, de Marie de France, adjointes à l'écriture de Chrétien de Troyes.

L'amour courtois trouverait ses origines au Levant et dans la littérature arabo-andalouse (Abbassa, 2008). En effet, un des precursseurs de l'amour courtois des troubadours est Guillaume IX de Poitiers, conte de Poitiers (1071-1127). Son activité poétique naquit après la croisade qu'il mena en Orient et son séjour à Antioche (1101-1102). Il est le premier troubadour et le premier poète à écrire en langue d'Oc la poésie lyrique inspirée aussi des poètes arabo-andaloux.

Il existe différentes écoles quant à l’interprétation de l’amour courtois. Il désigne l’amour profond et véritable que l’on retrouve entre un prétendant et sa dame. Au Moyen Âge, on lui attribuait certaines particularités courantes : l'homme doit être au service de sa dame, à l'affût de ses désirs et lui rester inébranlable de fidélité. C'est un amour hors mariage, prude sinon chaste et totalement désintéressé, mais non platonique et ancré dans les sens et le corps autant que l'esprit et l'âme. L’amoureux, dévoué à sa dame était, normalement, d’un rang social inférieur, c'est un noble de première génération en passe de conquérir ses titres de chevalerie.

Le sentiment de l'amant est censé s'amplifier, son désir grandir et rester pourtant en partie inassouvi. Il s’adresse souvent à une femme inaccessible, lointaine ou d’un niveau social différent de celui du chevalier. Elle peut feindre l'indifférence. On nommait ce tourment, à la fois plaisant et douloureux joï (à ne pas confondre avec joie).

Ce nouveau concept devint finalement une vertu essentielle du code chevaleresque, souvent en opposition avec la loyauté envers le suzerain et difficilement conciliable avec la courtoisie au sens de galanterie, et même avec la vaillance que le chevalier devait continuer à entretenir. Apparamment, la vision de l’amour courtois s’imposa progressivement dans les cœurs et permit de laisser une place à l’amour dans la vie quotidienne. L’amour courtois prime en effet le mariage : une femme mariée peut ainsi laisser parler son cœur si elle est courtisée selon les règles précises de l’amour courtois.

L'assag, mot occitan désigne un rite attribué à l'amour courtois, qui était une épreuve qui consistait à s'assurer de l'amour réel de l'amant.

Pour Georges Duby, il ne faut cependant pas voir dans l’amour courtois une promotion de la femme : c’est un jeu masculin, éducatif, où les jeunes hommes, pas encore mariés (les jovenes, les jeunes, comme Henri le Jeune, pas encore établis), maîtrisent leurs pulsions et leurs sentiments, comme ils apprennent à maîtriser leur corps dans un tournoi (ce qui n’exclut pas qu’ils laissent libre cours à leur libido avec des femmes de rang inférieur). De plus, la femme est une proie ; celle qui est la cible de l’amour courtois des jeunes est souvent l’épouse du suzerain, qui la donne en enjeu. Les jeunes cherchent à séduire la dame pour mieux plaire à leur seigneur, mais aussi pour mieux se différencier du peuple vulgaire, et des bourgeois, qui peuvent les concurrencer financièrement, mais pas culturellement.

Bibliographie 

  • Mohammed Abbassa, "Les sources de l'amour courtois des troubadours", Annales du patrimoine, 08/2008.
  • Sigrid Hunke, "Le soleil d'Allah brille sur l'Occident", notre héritage arabe, Albin Michel, 1987
  • Matfre Ermengaut, Le Breviari d'amor, introd. et glossaire, par G. Azaïs, Béziers, Paris, 1862
  • René Nelli, L'érotique des troubadours, Toulouse, Privat, 1963
  • René Nelli, Flamenca, un art d'aimer occitanien du XIIIe siècle, Toulouse, Institut d'études occitanes, 1966
  • Reto Bezzola :
    • La société courtoise. Littérature de cour et littérature courtoise, Slatkine, 2000 (ISBN 2051005435),
    • Les Origines et la Formation de la littérature courtoise en Occident, 5 vol., Champion, 1958-1963 ;
  • Henri-Irénée Marrou, Les Troubadours, Seuil, coll. « Points Histoire », 1971 ;
  • Denis de Rougemont, L'Amour et l'Occident, éditions 10/18, 2001 (réédition) (ISBN 2264033134).
  • Michel Larroque, Esquisse d'une philosophie de l'amour, L'Harmattan 2006.
  • Emmanuel-Juste Duits, L'Autre désir (du sadomasochisme à l'amour courtois), coll. L'Attrappe-corps, La Musardine, 2000
Commentaires (11)

1. gogole 12345678910 28/03/2012

c'est bien mais sa ne minterresse pas :/ :s

2. gaga 05/02/2012

merci pour mon expo g fai un copier colle jespere ke sa marchera !!

3. nafissa 31/01/2012

moii aussi c pour mon exposé j'espér que j'auré une bonne note mdr

4. hugette 16/01/2012

sa me permets d'avoir une bonne note a mon exposé!! <3

5. azer01 28/11/2011

ça serait bien si ç'était écrit plus simplement c'est possible?

6. azer01 28/11/2011

sa serait bien si sétait ecrit plus simplement sé possible?

7. loulou 18/10/2011

moi aussi merci grace a toi j'ai eu un 18 a mon exposé!!!!!!!!!!!

8. mickey (site web) 10/05/2011

Se site est pas mal !

9. S&L 24/02/2011

Il est bien mais je n'ai pas trouvé son évolution il y a que la naissance

10. Wesh-pOoùlette 11/02/2011

Ouaip ce site est cool il me permet d'avoir une bonne note a mon exposé ! ;)

11. fairez (site web) 09/01/2011

trop cool se site il maide beaucoup

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

banniere-1.png

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site