La chasteté au Moyen âge

Triomphe de la chasteté et de la raison, vers 1503  enluminure sur parchemin (Maître des Triomphes de Pétrarque) Thème parmi les plus fréquents de la littérature spirituelle et morale durant la période patristique et le Moyen âge, la chasteté est souvent associée, voire identifiée aux notions de virginité et de continence ou tempérance, bien qu’elle en diffère. Prise en son sens plénier, la chasteté s’identifie plutôt à la charité. Pour saint Augustin, « la chasteté de l’âme est un amour ordonné qui ne soumet pas les biens majeurs aux biens mineurs » (De mendacio XX, 41).

La véritable doctrine de la chasteté est donc celle de la caritas ordinata, thème qui remonte à Origène et traverse toute la tradition jusqu’au XIIème siècle où les Cisterciens le développeront largement. L’ordre à observer est celui qui attribue à chaque être ce qui lui est dû. Un désordre dans la charité trahit celui du désir ou de la concupiscence qui se ramène à l’exaltation du soi : l’amour, de naturel, devient charnel et propter se au lieu d’être in Deo ou, mieux, propter Deum.

Ces distinctions augustiniennes, sont développées dans le Miroir de la charité d’Aelred de Rievaulx qui donne toute une théologie de l’affectus. Ruusbroec, avec une autre référence à Augustin, rappelle que si on peut user des créatures, il n’y a de jouissance de Dieu, avant d’exposer ce que sont la chasteté de l’esprit, celle du cœur et du corps (De ornatu spiritalium nuptiarum I, 22).

C’est prise en un sens restreint que la chasteté s’oppose à la recherche du plaisir sexuel ou en limite strictement l’usage dans le cadre du mariage. Elle rejoint alors la continence. Dans une anthropologie qui suspecte le corps et la sexualité, la chasteté est la vertu première, qui fait retrouver l’état adamique, voire angélique. S’y ajoute une portée eschatologique (Mt 22, 30). D’où, associée à des systèmes dualistes, la tentation encratiste de certains courants hétérodoxes. Virginité et chasteté parfaite sont exaltées comme figures de l’Eglise, Epouse sans tache de l’Agneau qui le suit partout où il va (Ap 14, 4). Le discours sur la chasteté s’accompagne en effet d’un transfert sur le plan spirituel des images nuptiales et sensuelles (commentaires du Cantique de Cantiques, etc.).

Divers degrés dans la chasteté sont distingués. Pour Jean Cassien, amplement repris ensuite, il y en a six qui vont de la résistance à la tentation durant la veille à l’absence de tout fantasme sexuel durant le sommeil. Alors, la chair est réconciliée avec l’esprit et l’homme peut contempler Dieu librement.

Depuis les Pères on distingue la chasteté virginale, la chasteté dans le mariage et la chasteté dans le veuvage, qui ont chacune leurs modèles scripturaires et auxquelles correspondront ensuite les vies contemplative, active et mixte. Si les auteurs qui reprennent ces divisions n’échappent pas à la suspicion à l’égard du corps, du moins étendent-ils l’exigence de chasteté plus largement qu’aux seuls religieux.

Symbolique des licornes

La Dame à la licorne, tapisserie XV° siècle La licorne est un symbole de puissance, de pureté et de chasteté. On retrouve sa trace dans le Chine médiévale ou elle était tout comme le dragon un animal vénéré et approprié à la royauté asiatique. Sa présence est signe de bon augure. Il est dit aussi que par son incroyable perception du vice, elles châtiaient d'un coup de sabot mortel les hommes coupables de crime envers autrui. Une fête lui est d'ailleurs dédiée en Extrême-Orient vers le mi-automne.

Dans les conceptions médiévales de l'amour courtois, la licorne est douée du mystérieux pouvoir de déceler l'impur, voire même la moindre altération dans l'éclat du diamant.

Ces êtres renoncent à l'amour par fidélité à l'amour. Le renoncement s'oppose à la possession, la survivance de la jeune fille à la révélation de la femme. Le mythe de la licorne est celui qui fascine le plus les cœurs corrompus. Elle est le symbole de la pureté agissante, sublimant la vie charnelle.

Les nobles Chevaliers qui partaient en croisade voyaient en la licorne l'image de la chasteté et la fidélité. Ce qui leur permettait de partir l'esprit tranquille.

La ceinture de chasteté et l’époque médiévale .

L’allusion à une ceinture posée sur le corps nu d’une femme se retrouve dans le lais de Guigemar de Marie de France, poétesse du XIIe Buste de Marie de France, Ca. 1381, Jean de Liège, Saint-Denis.
siècle. Une amante fait un noeud dans le bas de la chemise de son amoureux et ce dernier noue une ceinture autour de la taille de sa belle comme symbole de leur serment de fidélité et ils se donnent le droit d'aimer celui ou celle qui sera capable de défaire la ceinture ou la chemise sans couper ou briser le dit item. Chacun est certain que personne ne pourra le défaire sans l'aide de ciseaux ou de couteau à part eux et c'est comme cela qu'ils se reconnaîtrons . Nous avons donc dans cette histoire l'élément propice pour faire croire à une ceinture entravant les relations sexuelles, alors qu'il ne semble avoir rien de tel. Cette allusion bien pauvre en détails et qui semble avant tout n’être qu’un symbole de promesse de fidélité entre les deux amants est utilisée pour prouver l’existence de la ceinture de chasteté (entravant réellement les relations sexuelles) au XIIe siècle. Ce doit être cette histoire qui a donnée naissance au lien entre la ceinture et les Croisades, l’histoire de Marie de France étant d’un siècle ou il y eut de telles expéditions Outre-Mer. Ensuite c’est Guillaume de Machaut au XIVe siècle qui donne un même exemple de ceinture de chasteté symbolique dans son « Livre du Voir-Dit ». Puis dans un manuscrit daté de 1405 traitant d’art militaire, écrit par Kyeser von Eichstad le Bellifortis, nous y voyons une illustration d’une ceinture métallique servant effectivement à empêcher toute relation sexuelle. Mais il semble plutôt que cet outil était porté, par les femmes de Florence en Italie, comme élément dissuasif contre un éventuel attaquant, soit en guerre ou en voyage. La légende de l’illustration va comme suit : « Florentinarium hoc bracile dominarium, ferreum et durum, ab antea sic reseratum. » Soit très librement : braies de fer dur florentines qui se ferment.

La Ceinture de Chasteté médiévale: un terme symbolique.

Ceinture de chasteté, XV° siècle, Palais des Doges, Venise. L'historienne-médiéviste Régine Pernoud atteste que la ceinture de chasteté médiévale est une symbolique. Nous savons que les religieux moines et moniales font trois vœux lors de leur entrée: obéissance, pauvreté et chasteté. Ce dernier symbolisé par la ceinture d'étoffe porté par le novice sur ses vêtements. Encore aujourd'hui la ceinture représente, en l'habit du prêtre, la chasteté et la pureté. Au Moyen âge on situait la fabrication des semences sexuelles vis à vis des reins. Cette affirmation incitait donc les religieux à ne pas dormir sur le dos et à porter une ceinture sur leur chemise de nuit. Ce cordon avait deux fonctions. Entraver la fabrication de semence et retenir la chemise sur le corps. Notons aussi les quelques usages poétiques de la métaphore sur la ceinture de chasteté symbolisant la pureté et la chasteté (nous en reparlerons plus loin). Donc cette ceinture symbolique aurait inspiré, au fil du temps, des gens à en fabriquer. Il est aussi intéressant de noter les travaux des historiens Felicity Riddy et James Brundage contestant l'existence et l'utilisation de cette ceinture au Moyen âge.

Bien peu de gens connaissent le lais de Marie de France qui évoque une amoureuse nouant le bas de la chemise de son compagnon et ce dernier plaçant une ceinture autour de la taille de son amante, signes que seul celui ou celle « qui sera capable de défaire la ceinture ou la chemise de couper ou briser » pourra aimer l’un ou l’autre. Pourtant, de cet écrit du XIIe siècle et de l’imaginaire populaire qui veut que seul ce terrible et obscur Moyen Âge ait pu inventer une telle horreur et faire preuve d’autant de mysoginie, est né le « demi-mythe » de la ceinture de chasteté médiévale. « Demi-mythe » parce que les ceintures de chasteté ont effectivement existé… mais pas au Moyen Âge ! Ce dont parle Marie de France n’est, selon l’historienne Régine Pernoud, qu’un symbole, à l’image des ceintures de cordes portées par les religieux et les religieuses et qui représentent l’un des trois vœux de l’état religieux, à savoir la chasteté.

Si l’on s’en réfère à Brantôme ou à Rabelais, qui les évoque dans Horribles et épouvantables faits et prouesses du très renommé Pantagruel, les ceintures de chasteté ont fait leur apparition… à la Renaissance ! Délires d’écrivains ? On aurait pu le croire si un archéologue n’avait pas retrouvé un squelette de femme, enterrée au XVIe siècle, portant une ceinture métallique de toute évidence destinée à empêcher les relations sexuelles. La preuve est donc faite. Mais pourquoi imaginer un tel instrument ? Contrairement aux dires de Brantôme, aisément porté à l’affabulation, il paraît improbable que ces ceintures aient vraiment été utilisées -et encore moins destinées- à des maris craignant l’infidélité de leur femme. Il semble plutôt qu’elles aient servi -et de manière tout à fait exceptionnelle- à protéger les femmes d’un viol, notamment lors de longs voyages ou en temps de guerre, pendant le siège d’une forteresse ou d’une cité…

Sources

http://www.histoire-fr.com/

CASSIEN, Conférence XII, Paris, Le Cerf, 1958, SC 54

AELRED DE RIEVAULX, Speculum caritatis, Turnhout, Brepols, 1969, CChr.CM I.

GERSON J., Sermons Poenitemini, Œuvres complètes VII*, no 369-375, éd. Glorieux, Paris, Desclée, 1968.

Dictionnaire du Moyen âge, Claude Gauvard, Alain de Libera, Michel Zink, éd. PUF, 2006.

http://www.sexologie-magazine.com/dossie...

Commentaires (1)

1. Jessica Larocque 15/06/2011

J'aimerais bien lire ce que tu as écrit mais le texte dépasse les limites de la marge alors je n'y comprend rien il manque des bouts de phrases et tout. Si tu pouvais le mettre lisible ce serai bien!

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

banniere-1.png

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site